Publié dans Editorial

Alerte !

Publié le mardi, 13 août 2019

Péril en la demeure. De par sa situation géographique, la Grande île s’expose au péril. Elle  tenait un rôle inquiétant de plaque tournante des trafics de stupéfiants dans l’Océan Indien et ravitaille les îles voisines (Ile Maurice, La Réunion). Le sordide « commerce » tisse ses relations et atteint l’Europe, l’Amérique du Nord,  l’Afrique continentale et l’Asie, plus précisément, le Sud-est asiatique. Etant donné que le pays se situe sur le chemin de grands commerces internationaux, des trafiquants de tout acabit notamment des narcotrafiquants et des dealers de toute taille pullulent la région. En fait, la drogue dure rode dans les parages.  Alerte au péril !

 

De source auprès des services publics autorisés, la Douane malagasy a saisi durant le premier semestre de cette année en cours (2019) 69 kg de drogue dure. Une saisie record ! Très impressionnant pour une telle quantité, trop menaçante pour un produit fortement dangereux et trop ahurissant pour l’avenir de nos jeunes. Traditionnellement, Madagascar ne figure pas encore sur la liste des pays à risque de trafic illicite de drogue dure comme ce sont les cas en Afrique tels le Maroc, le Congo Kinshasa (RDC), l’île Maurice, le Kenya, le Ghana, Burkina Faso ou de la Guinée ou bien des pays d’Amérique Latine (Colombie, Pérou, Bolivie) ou enfin du pays du « Croissant d’or », l’Afghanistan, ou du « Triangle d’or » Myanmar, Laos et Thaïlande. Cependant, vu la tendance à la hausse de ce trafic illicite et dangereux constatée  et observée ces derniers temps, le cas Madagascar commence à préoccuper sérieusement les observateurs qui, par le fait, actionnent la sonnette d’alarme en direction des autorités compétentes et des organisations à vocation éducative. Des inquiétudes légitimes et plus que normales dans la mesure où le péril frappe à nos portes.

D’après les enquêtes et les recherches minutieuses diligentées par les services de la Police de la lutte contre les stupéfiants (Police des Stup), la consommation de ces produits proscrits se constate auprès surtout de nos jeunes, lycéens ou des écoles privées ou confessionnelles de renom d’Antananarivo à titre d’exemple. Les responsables de ces établissements se plaignent de l’existence des petits dealers qui rodent autour de leurs écoles. Conséquence directe, la discipline accuse un sérieux coup ! Des mesures urgentes s’imposent donc !

L’IEM consacre une partie non négligeable de son programme en direction des jeunes. Un volet tout aussi important que d’autres secteurs auquel les nouveaux dirigeants ne minimisent point. Dans les Velirano, le Président Rajoelina privilégie et priorise le cas des jeunes dans tous ces états. Il sait pertinemment que l’avenir tout entier du pays est étroitement lié à la réussite ou non des jeunes. Le futur immédiat dépend au sort réservé à leur compte. A travers le « projet Fihariana », le Chef de l’Etat s’engage personnellement à donner un coup de pouce à démultiplier les potentialités des jeunes entrepreneurs.

Educateurs, hommes d’église, Société civile, centres éducatifs, gens de bonne volonté et parents d’élèves, en général, doivent impérativement se donner la main pour stopper net à toute avancée de ce  péril. Des mesures dissuasives fortes et très urgentes seront les bienvenues. Sous d’autres cieux (Indonésie ou d’autres pays musulmans), toute personne reconnue coupable de trafic illicite de drogue encourt la peine capitale.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff