Publié dans Editorial

L’unanimité

Publié le lundi, 22 juillet 2019

Pour une fois ! La nomination de Ntsay Christian tant attendue fut confirmée. En fait, l’homme fort du grand Nord retrouve, pour la deuxième fois, son fauteuil. Pour une fois dans les annales de la République, du moins les vingt dernières années, une personnalité fait l’unanimité autour d’elle. L’ensemble de la classe politique nationale apprécie, d’une manière ou d’une autre selon les sensibilités de chacun, le parcours de ce fonctionnaire international à la tête de l’Exécutif. L’échiquier politique local n’y voit pas trop d’inconvénients à sa propre reconduction. Plusieurs paramètres incontournables se trouvent à la base de cette prouesse inédite. Efficace et concluant. Nommé à l’issue d’un mouvement de contestation diligenté par les  « 73 députés pour le changement » de l’opposition en avril 2018, Ntsay Christian dirigea le Gouvernement de consensus voulu et dicté par la décision de la HCC du 25 mai 2018. L’ancien directeur exécutif du BIT, accrédité à Antananarivo, avait pour mission principale d’organiser l’élection présidentielle anticipée. Une mission que Ntsay et l’équipe qu’il avait sous sa responsabilité exécutèrent avec brio. Tout le monde reconnait que le Premier ministre de consensus, durant cette première étape de six mois, fut évidemment efficace et concluant. Ainsi sa reconduction en janvier 2019 après l’investiture du nouveau Président Andry Rajoelina coula de source. A part l’organisation des Législatives, le 27 mai 2019, on a aussi confié à Ntsay Christian de mener un combat sans merci contre l’insécurité et l’impunité. Le tout dans un contexte d’austérité exemplaire ! Une autre mission qu’il a effectuée avec succès et sans faute. Certes, la lutte contre l’insécurité dans toute l’étendue du territoire national  constitue un combat de longue haleine, difficile et compliqué. De même, la bataille pour éradiquer la corruption et l’impunité est un défi qui s’inscrit sur le long terme.

Mais, il faut admettre que l’homme de confiance du Président fait preuve de compétence et d’intégrité. Ibidem, la reconduction, pour la deuxième fois, de cet homme efficace et concluant, un technicien hors pair, s’avère incontournable. Un homme clean. De la première nomination en juin 2018 jusqu’à ce jour, personne n’a rien dit de méchant ni de louche sur son parcours personnel et professionnel. L’homme est réputé de « sans tache » ou clean. « The right man, in the right place ! » Dans ce processus de redressement du pays, on a besoin quelqu’un de la trempe de Ntsay Christian. Le bon choix. Quel que soit l’exploit personnel du PM reconduit, la palme revient en premier lieu au Chef de l’Etat d’avoir réitéré son choix à celui qui le mérite effectivement. Le Président dont la nomination du PM en dépend personnellement n’a pas failli à sa responsabilité. Etant la seule personne habilitée à le faire conformément au dispositif de la Constitution, Rajoelina Andry n’a pas raté le bon choix. Un acte louable qu’il va immanquablement récidiver lors de la nomination du nouveau Gouvernement. Ce qui placera le pays dans l’orbite de la réussite et nous conduit tous vers le bon chemin du succès. De bons résultats. La Nation toute entière ose espérer cueillir de bons résultats. Etant entendu l’opportunité qui se présente devant, l’éventualité des résultats positifs ne fait pas l’ombre du doute. Le Chef de l’Etat en duo gagnant avec le Premier ministre fait l’unanimité.

Fil infos

  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai
  • Jean Yves Le Drian sur les îles éparses - Bientôt une seconde réunion de la commission mixte
  • Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée
  • Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions
  • Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche
  • Emeutes à Ambilobe - Le meurtrier multirécidiviste à Tsiafahy
  • Kere dans l’Androy - Appels de détresse de la population
  • Stade « Barea » - Les nouvelles tribunes sur pied dans 5 mois

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff