Publié dans Editorial

Avec tous les honneurs !

Publié le vendredi, 12 juillet 2019

L’aventure s’arrête là. Défaits par les Aigles de Carthage (Tunisie) par trois buts à zéro sur le stade international de l’Académie militaire du Caire (Egypte) ce jeudi 11 juillet, les Barea durent s’incliner la tête … haute devant leurs supporters venus nombreux spécialement au Caire les soutenir dont le  Président Rajoelina et son épouse. Dur, tous les Malagasy, les 25 millions d’âmes ont dû avaler la couleuvre de la défaite, boire le calice au goût amer de la déception. Alors que tous les espoirs ont été permis pour aspirer à la victoire et aller en  demi-finales. Mais le sort en décidait autrement. En toute humilité, il fallait admettre que les Aigles furent trop forts pour les Zébus ce soir-là. Et on se plie et on accepte ! Au-delà de la tourmente et des lamentations ou des jérémiades, il faut malgré tout relever la tête et tenter de voir plus loin et plus haut. A juste titre, la question qui se pose sur toutes lèvres se résume en ces termes : « est-ce réellement un échec ? » On s’apprête à répondre à l’unanimité par un : non ! Certes, les Barea n’ont pas gagné le match mais ils n’ont pas perdu la bataille. Au contraire, nos héros de la Nation remportèrent le challenge. Pour une toute première participation à des compétitions internationales de la taille de la CAN et qu’on est parvenu à atteindre les quarts de finale, on ne peut pas ne pas être fiers du parcours réalisé. Quand on a réussi à mettre K.O. par terre de grandes formations telles les Super Eagles ou le Tout Puissant Mazembé, il y a de quoi à se réjouir. Les co-équipiers de Faneva Ima ont littéralement bousculé la hiérarchie. Sans complexes, les poulains de Nicolas Dupuis ébranlèrent l’ « ordre établi » de cette compétition continentale. A un certain moment, les supposés favoris n’ont pas caché leurs appréhensions face à la prouesse  imprévue des Barea qui étaient mêmes sur le point de réaliser le rêve de tout un peuple.


Quelque part dans les Saintes Ecritures, il est dit « Toute chose concourt pour le bien … ». Une défaite sert toujours à quelque chose ! Les grandes réalisations sinon les réussites remarquables passent souvent par les stades incontournables des échecs. En effet, ce sont des étapes utiles pour former l’homme.
Les Barea, car il s’agit précisément d’eux, gagneront en maturité et en expertise dans les arcanes du football  en capitalisant et en positivant leur échec pour améliorer davantage la maîtrise du jeu. De notre côté, nous les supporters, il nous appartient de maintenir sans faille le soutien et les encouragements que nos champions ont droit de notre part. L’élan national de solidarité envers notre équipe nationale ne doit connaître aucun répit. En tout cas, il faut garder intacte cette solidarité nationale car le pays en a vraiment besoin afin de redresser ensemble et vite la Nation. Sauf contretemps, nos héros atterriront à  l’aéroport international d’Ivato ce jour  en milieu de journée. C’est le moment idéal qui s’offre à tous pour manifester notre reconnaissance entière à leur égard. Ils méritent un accueil triomphal voire  solennel digne des champions. Une mobilisation générale s’impose pour les recevoir avec tous les honneurs !

Fil infos

  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

La Une

Editorial

  • A double tranchants !
    Fin de la détention préventive systématique ! L’époque des « mandats de dépôt » systématiques fera partie de l’histoire ancienne ! Des peines alternatives telles que les contrôles judiciaires et la mise en liberté provisoire prendront le relai. Tel est l’essentiel de la déclaration de la procureure de la République Mme Balisama Odette Razafimelisoa devant la presse ce vendredi dernier. A la suite de la « descente » inopinée du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina à la Maison centrale d’Antanimora au cours  de laquelle il a constaté de visu, entre autres, le surpeuplement carcéral du lieu. Il déplorait aussi bien des conditions carcérales et de l’état de délabrement « trop » avancé d’Antanimora.   Une autre réalité tout aussi accablante interpellait également le Chef de l’Etat à l’intérieur de cette « Maison » de correction, à savoir, le nombre effarant des détenus non jugés. Ils attendent désespérément leur jugement et croupissent là-bas des mois même des années. En prise de la…

A bout portant

AutoDiff