Publié dans Editorial

 L'Armée, l'avant-garde

Publié le mercredi, 26 juin 2019

La fête de l'indépendance est avant tout la Fête de l'Armée. Le retour de Madagasikara à l'indépendance coïncide avec la création de l'Armée malagasy. A la veille de la date historique du 26 juin 1960, jour où le pays recouvre de nouveau sa souveraineté, l'Armée malagasy vit le jour. Intimement liée à la naissance de l'Etat malagasy, l'Armée est le symbole de la souveraineté et de la fierté nationale. On ne peut pas concevoir une République sans une Armée. Par ricochet, une fête nationale sans un défilé militaire est cocasse. En tout cas, il s'agit d'une tradition universellement pratiquée.

 

Fondées en 1960, les Forces Armées (FA) étaient constituées de 5.000 hommes répartis en deux entités d'Interarmes auxquelles s'ajoute la Gendarmerie. Jusqu'au 1er septembre 1973, les FA faisaient partie intégrante de l'Armée française. Dans le cadre d'un Accord de Coopération signé en 1960, au sein duquel le domaine de la Défense occupait une place prépondérante, la France prenait en charge, presqu'entièrement, le Budget de fonctionnement et d'investissement des FA malagasy. Des unités de l'Armée française ont été installées à Magadasikara (Diégo et Antananarivo). En 1973, après la révision des Accords du 1960, les FA changèrent d'identité et devinrent la « Défense nationale ». Désormais, l'Etat malagasy prendra en charge entièrement de son Armée composée de trois unités : Tafika an-tanety (Armée de Terre) ou le béret rouge ; Tafika an-dranomasina (Marine de Guerre) ; tafika anabakabaka (Armée de l'Air). A celles-ci vient s'ajouter la Gendarmerie nationale. Le tout intégré dans un grand département intitulé  « Ministère de la Défense nationale ».

La mission de l'Armée consiste principalement à assurer l'intégrité territoriale de la Grande île. Mais vu l'insularité du pays et étant donné que Madagascar se garde à s'immiscer dans les affaires intérieures des autres, le risque de confrontations militaires contre quiconque de la région est quasi nul. Par conséquent, l'Armée se métamorphose et s'évolue vers une autre responsabilité à savoir garantir la sécurité du peuple et ses biens. A ce titre, elle conjugue ses efforts avec la Gendarmerie et la Police.

A Madagasikara, l'Armée a été souvent sollicitée à jouer un rôle conséquent, parfois même décisif, dans la résolution des crises devenues cycliques qui secouèrent le pays. En 1972, feu Président Tsiranana confiait le pouvoir à l'Armée par le biais de son chef d'Etat-Major, feu Général de Division Gabriel Ramanantsoa comme le réclamèrent d'ailleurs les manifestants sur la Place du Treize Mai. Bis repetita en 1990, 2009. Par contre, sur le Continent, elle est souvent source de blocage, le cas de l'Algérie ou du Soudan à titre d'illustration. Quand les gradés de la caserne s'immiscent dans les affaires politiques ou civiles, ils sèment la pagaille. A Madagasikara, dans la plupart des cas, l'Armée se garde de fourrer son nez dans le micmac des politiques sauf qu'on le sollicite.

La parade militaire d'hier nous a permis de constater que l'Armée malagasy se met au diapason de la technologie de pointe. Le régime IEM, déterminé à éradiquer l'insécurité, dote aux Forces de la Défense et de la sécurité (FDS) des moyens sophistiqués et percutants. Le Président Rajoelina, le Chef suprême des Armées, honore ses engagements.

Etant l'avant-garde pour le développement du pays, l'Armée renaît et fonce avec fierté.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

La Une

Editorial

  • A double tranchants !
    Fin de la détention préventive systématique ! L’époque des « mandats de dépôt » systématiques fera partie de l’histoire ancienne ! Des peines alternatives telles que les contrôles judiciaires et la mise en liberté provisoire prendront le relai. Tel est l’essentiel de la déclaration de la procureure de la République Mme Balisama Odette Razafimelisoa devant la presse ce vendredi dernier. A la suite de la « descente » inopinée du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina à la Maison centrale d’Antanimora au cours  de laquelle il a constaté de visu, entre autres, le surpeuplement carcéral du lieu. Il déplorait aussi bien des conditions carcérales et de l’état de délabrement « trop » avancé d’Antanimora.   Une autre réalité tout aussi accablante interpellait également le Chef de l’Etat à l’intérieur de cette « Maison » de correction, à savoir, le nombre effarant des détenus non jugés. Ils attendent désespérément leur jugement et croupissent là-bas des mois même des années. En prise de la…

A bout portant

AutoDiff