Publié dans Editorial

Le peuple d'abord !

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Bras de fer. Le Chef de l'Etat Rajoelina Andry et les pétroliers opérant dans la Grande île, assis autour d'une table, s'étaient donné les efforts utiles durant deux jours pour débattre un sujet délicat à savoir « revoir à la baisse » le prix à la pompe du carburant. Sans avoir été présents au débat, on imagine facilement le bras de fer entre les deux camps. Une chaude discussion pour la simple raison qu'il s'agit de la collision frontale de deux intérêts contradictoires. Pour le Président de la République, l'intérêt de la grande majorité prime avant toute autre considération. Une option non négociable qui passe avant toute chose ! Du côté des opérateurs pétroliers, réticents, sans avouer publiquement aux démarches d'Iavoloha, on tente toujours et par tous les moyens à garder la ligne garantissant le maximum de bénéfices.

 

Rajoelina Andry déclarait urbi orbi à Mahamasina (Palais des sports) lors de son rapport solennel des Cent premiers jours de mandat qu'il ne trahira jamais son peuple. A cette occasion, il  dénonçait publiquement le prix « injuste » du carburant à la pompe que les opérateurs pétroliers imposent tout en criant au scandale sur le mode de calcul appliqué.

Jamais dans les annales de la République qu'un Chef d'Etat d'un pays dit « en développement » ose s'attaquer directement et sur la place publique aux intérêts des grands opérateurs économiques tels les pétroliers implantés sur place. Pour la première fois, un dirigeant d'un pays pauvre brave et défie publiquement les tout- puissants « capitalistes ». Honnêtement, c'est une bravoure à laquelle il fallait, pour ce faire, avoir les reins solides !

Rajoelina Andry, de par cette courageuse démarche, voulait inculquer une nouvelle pratique dans la gestion des affaires nationales et du système du pouvoir à Madagasikara. Il mise sur l'implantation chez les jeunes d'un nouvel état d'esprit dans la pratique politique ainsi que la mise en terre de la « semence du changement» par la culture du respect de la parole donnée. La jeune génération du pays doute au plus haut point de la sincérité des promesses des hommes politiques. La culture du mensonge gagne trop du terrain au sein des régimes successifs à telle enseigne qu'on n'accorde plus le moindre crédit aux paroles données. D'ailleurs, la chute ou le départ prématuré du régime précédent s'explique par les faux bond à répétition des anciens dirigeants sur leurs engagements.

Rajoelina Andry voulait simultanément mettre en valeur la priorisation des intérêts du peuple. En effet, c'est un engagement qu'il avait pris dans le cadre du Velirano. Le prix du carburant à la pompe se trouve au cœur  du combat qu'il tient à mener dans la mesure que tout le mouvement lié à l'inflation dépend étroitement de l'allure du prix à la pompe. Si l'on veut maîtriser en amont et en aval la cadence de l'inflation, il faudrait avoir la haute main sur la structure des prix du carburant dans le pays.

En parallèle, le Chef de l'Etat expose aussi sur la table le cas de la JIRAMA. En gros, les pétroliers avaient eu du pain sur la planche. Acculés au mur, ils n'auront d'autre choix que de trouver un terrain d'entente avec le Président dont le plus important avant tout c'est le peuple !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff