Publié dans Editorial

Drôles de candidats !

Publié le mercredi, 15 mai 2019

Le pays se trouve de nouveau à la croisée des chemins. Après l’élection présidentielle du 19 décembre 2018 (second tour), on s’achemine vers les Législatives du 27 mai prochain. Une seconde étape toute aussi décisive et vitale que la première. En effet, dans l’ordre de préséance protocolaire, le Parlement en tant institution de la République vient immédiatement après celle du Chef de l’Etat (l’Exécutif). Une sacrée mission attend les députés.

 

Selon l’esprit de la Loi fondamentale (Art. 68), le Parlement vote la loi, contrôle l’action du Gouvernement et évalue les politiques publiques. De là déduire donc que les membres qui doivent composer cette honorable Institution en particulier l’Assemblée nationale, qui au final nous intéresse pour le moment, auront une responsabilité délicate et stratégique dans le processus de la mise en marche du Plan global de l’Etat et ainsi pour le développement du pays.

Seulement voilà, on ne peut ne pas être contrarié quand on scrute de près ou quand l’occasion nous est offerte pour décortiquer, ne serait-ce que diagonalement, le profil d’ensemble de ces quelque 850 candidats ayant déposé des dossiers de candidature.

D’abord, les observateurs s’inquiètent de l’état pléthorique du nombre des prétendants sous l’insigne des

« indépendants » au Palais de Tsimbazaza. On craint que l’odieux schéma du  premier mandat (2013-2019) de l’Assemblée nationale se réédite. Des indépendants qui agissent en électrons libres, des sujets volatiles voire des éléments versatiles risquent fort de nuire, de nouveau, l’image de cette Institution déjà profondément écornée. Le KMF/KNOE a parfaitement raison quand il voit d’un mauvais œil la menace qui plane. Sur les 210 partis politiques émargés au sein du département responsable, seuls 85 parmi eux ont daigné présenter des candidats. Le reste, donc, soit les 125 autres ne sont que des « fantômes » qui hantent le ministère. Des figurants et figurines qui noircissent le tableau. Quelles mesures coercitives le ministère de l’Intérieur, assurant la tutelle directe, devrait-il prendre pour dissuader ces faux-acteurs politiques ?

On se désole de l’attitude flagrante de certains candidats dûment présentés par des formations politiques. Ces derniers se distinguent par un vide de programme à soumettre durant la campagne. Plutôt, ils se contentent et se prennent plaisir de lancer des piques à l’endroit des favoris. Les candidats du TIM et consorts excellent dans cette nuisible gymnastique. En effet, ils ont un malin engouement de discréditer, en public, les « protégés » de l’IRD. D’aucuns n’ignorent  que les poulains de Ravalo redoutent la victoire certaine de la plateforme présentée par le Président Rajoelina et tentent de prendre le devant en dissimulant la peur au ventre à l’issue d’une défaite à plate couture.

La dernière catégorie de candidats dont le comportement ternit quelque peu l’image du scrutin concerne ces prétendants en lice qui confondent, dans une certaine mesure, l’affaire familiale avec celle du parti sinon même des affaires nationales. Il est aberrant de voir un couple (mari et femme) ou une famille entière se présenter dans une même liste en se donnant le luxe de trôner en tête de liste. Une démarche qui frise le ridicule !

Il faudrait un jour bien cadrer le scrutin de taille du genre Législatives pour baliser à toute tentative de dilettantisme donnant libre cours à de drôles de candidats.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff