Publié dans Editorial

Impunité zéro

Publié le jeudi, 14 février 2019

De grosses têtes tombent, du moins commencent à tomber. De gros bonnets ou de gros poissons se font coincés dans le filet des limiers. Le temps de l’impunité est révolu. Finie l’époque où seuls les menus fretins payèrent les pots cassés. Le Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, lors de son discours d’investiture déclarait qu’il va mener une bataille sans merci et sans pitié contre la corruption, le pillage des richesses naturelles, souvent endémiques, toutes formes d’exactions frauduleuses, les détournements de deniers publics et le gaspillage du Trésor public, etc. Il déclenchera également la lutte intransigeante contre l’insécurité. Dans la foulée, notre jeune et courageux Chef d’Etat prendra aussi des mesures urgentes afin de soulager, à long terme, le malheur de son peuple. Et pour couronner le tout, Rajoelina  s’engagea  à éradiquer, dans tout le pays, toutes les formes d’impunité. Le régime IEM tranche avec tous ses prédécesseurs  dans la mesure où il passe illico aux actes.

Les promesses et les engagements pris retrouvent leur lettre de noblesse. Ainsi, des interpellations, parfois musclées, ont été opérées ces derniers temps touchant de près les proches collaborateurs de l’ancien Président Hery Rajaonarimampianina. Hugues Ratsiferana, proche parmi les proches de l’ex locataire d’Iavoloha, se fit arrêter. Se prenant pour un « au-dessus de la loi », ce bras droit de Rajao et un habitué du Palais, s’était permis de « saccager » des matériels de bureau, à haute valeur ajoutée, pour les ramener à son domicile. Le nouveau régime ne badine point face à un tel méfait. Intercepté, il a été placé en détention provisoire. Traduit en justice, il sera fixé de son sort le 19 février 2019. Le juge refusa la demande de liberté provisoire formulée par ses avocats. Eddy Maminirina, un gros poisson du trafic illicite de bois de rose, longtemps recherché par les autorités, s’est fait cueillir de façon spectaculaire à Ivandry. Un gros bonnet qui, sous la bénédiction de l’ancien régime HVM, circulait à l’air libre comme si de rien n’était. Autre temps, autres mœurs ! La cavale se termine et désormais il répondra de ses actes odieux. Mbola Rajaonah, un autre proche de gros calibre de Rajao, un tandapa  osant défier le BIANCO sinon la Justice en général, fut arrêté dans les parages de son bureau à Antsahabe. Un multimilliardaire aux multiples facettes, en termes de délits. Du trafic de bois précieux aux actes frauduleux, en tout genre, en passant par la corruption avérée et les tentatives subversives menaçant la sureté intérieure de l’Etat. Bref, un homme dangereux et délétère portant atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation. Seulement, il y en d’autres qu’il faut nécessairement appréhender afin qu’il n’y ait pas deux poids, deux mesures. Le nouveau Garde des Sceaux l’avait bien annoncé la fin des traitements de faveur. Personne n’est au-dessus de la loi ! L’affaire Claudine doit être tirée au clair. Et tous les complices, jusque- là inquiétés, doivent payer également.  De même, toutes les allégations d’accaparements  illégitimes des terrains des autres méritent des attentions particulières.
Impunité zéro. Un objectif noble et digne d’un régime qui se donne l’ambition d’apporter un vent nouveau au pays. L’IEM ne sera jamais atteint tant que le pays ne soit pas débarrassé totalement de ces vieilles et obsolètes  pratiques.
 Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff