Publié dans Editorial

Quid de la vérité !

Publié le samedi, 05 janvier 2019

Quelle « vérité » à prendre en compte ? Telle est la question majeure qui émerge de ce brouhaha déconcertant et qui empoisonne l’atmosphère politique. Des bruits de voix confus et tumultueux qui émanent de la rue sinon du parvis de l’Hôtel de Ville pour torpiller les résultats provisoires annoncés par la CENI quelques jours auparavant. Concernant ce second tour, existe-t-il « deux vérités » ? Face aux vaines gesticulations et dangereusement destructives initiées par le camp Ravalomanana, la Communauté internationale met en garde qu’il ne peut pas y avoir « deux Présidents  pour un même pays », tout comme il ne peut pas y avoir « deux vérités » !

Le candidat n° 25 Marc Ravalomanana et ses partisans ne cessent de clamer qu’ils contestent les résultats proclamés par la CENI. Il y aurait des irrégularités en pagaille selon les Hanitra Razafimanantsoa, Fanirisoa Ernaivo ou Fidèle Razara Pierre. Reste à savoir s’ils disposeraient vraiment des preuves irréfutables. Jusqu’à preuve du contraire, on n’est pas en droit d’avoir sous les yeux lesquelles preuves matérielles.  Il n’y a que des... bruits. Rien que du chaos ! De la cacophonie qui sonne creuse sinon fausse ! On perd la pédale sur la véracité du moins sur la vérité des accusations que la « bande à K25 » jette sur la place publique. Ils ont scandé d’avoir déposé 1 500 requêtes à la Haute Cour d’Ambohidahy ! Tout compte fait, la HCC n’en avait reçu que... 305. Pour avoir un effet d’annonce qui frappe, Bel’Air crache en pleine figure des citoyens des informations bidon. Le culte du mensonge, très cher à Ravalo, court toujours. En fait, ils veulent, Ravalomanana et consorts, imposer voire dicter à la Nation la « Vérité » à eux. Craignant l’annonce de la « vraie » vérité que la HCC procèdera ce mardi 8 janvier en audience solennelle, Ravalomanana en trimbalant sa « meute » entre en transe ! Des délires à n’en plus finir !

Le camp de Bel Air expose le pays tout entier aux risques de dislocation. Pire, le mouvement semble ragaillardi en intensité à cause d’une fausse note, sciemment, jouée par l’Armée. A juste titre, on se demande à quoi joue-t-il le Général de Corps d’Armée Xavier Béni Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale ? A quelle partition ? Une ambiguïté voulue et flagrante dans la gestion de la crise sur le parvis se dégage nettement. Tout compte fait, le ministre de la Défense s’amuse à semer le trouble dans l’esprit des citoyens. On est tenté d’envisager qu’on trame quelque part une conspiration. Le but inavoué étant de botter en touche le Gouvernement de consensus, y compris le Premier ministre et mettre en place une nouvelle transition. Une disposition extra-constitutionnelle qui ferait plaisir au futur ancien, un certain Hery Rajaonarimampianina.

Il va falloir mettre les points sur les « i » que prendre en otage la « vérité », la vraie, signifiant tout court à instaurer la négation de la « Vérité ». Une contre-vérité, que l’on scande à tout vent pour haranguer la foule, portera atteinte à la dignité de la Nation.

Alors, à quelle Vérité consentirions-nous ? Il n’y a pas d’autres en dehors de celle que la HCC prononcera.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff