Publié dans Editorial

Quid de la vérité !

Publié le samedi, 05 janvier 2019

Quelle « vérité » à prendre en compte ? Telle est la question majeure qui émerge de ce brouhaha déconcertant et qui empoisonne l’atmosphère politique. Des bruits de voix confus et tumultueux qui émanent de la rue sinon du parvis de l’Hôtel de Ville pour torpiller les résultats provisoires annoncés par la CENI quelques jours auparavant. Concernant ce second tour, existe-t-il « deux vérités » ? Face aux vaines gesticulations et dangereusement destructives initiées par le camp Ravalomanana, la Communauté internationale met en garde qu’il ne peut pas y avoir « deux Présidents  pour un même pays », tout comme il ne peut pas y avoir « deux vérités » !

Le candidat n° 25 Marc Ravalomanana et ses partisans ne cessent de clamer qu’ils contestent les résultats proclamés par la CENI. Il y aurait des irrégularités en pagaille selon les Hanitra Razafimanantsoa, Fanirisoa Ernaivo ou Fidèle Razara Pierre. Reste à savoir s’ils disposeraient vraiment des preuves irréfutables. Jusqu’à preuve du contraire, on n’est pas en droit d’avoir sous les yeux lesquelles preuves matérielles.  Il n’y a que des... bruits. Rien que du chaos ! De la cacophonie qui sonne creuse sinon fausse ! On perd la pédale sur la véracité du moins sur la vérité des accusations que la « bande à K25 » jette sur la place publique. Ils ont scandé d’avoir déposé 1 500 requêtes à la Haute Cour d’Ambohidahy ! Tout compte fait, la HCC n’en avait reçu que... 305. Pour avoir un effet d’annonce qui frappe, Bel’Air crache en pleine figure des citoyens des informations bidon. Le culte du mensonge, très cher à Ravalo, court toujours. En fait, ils veulent, Ravalomanana et consorts, imposer voire dicter à la Nation la « Vérité » à eux. Craignant l’annonce de la « vraie » vérité que la HCC procèdera ce mardi 8 janvier en audience solennelle, Ravalomanana en trimbalant sa « meute » entre en transe ! Des délires à n’en plus finir !

Le camp de Bel Air expose le pays tout entier aux risques de dislocation. Pire, le mouvement semble ragaillardi en intensité à cause d’une fausse note, sciemment, jouée par l’Armée. A juste titre, on se demande à quoi joue-t-il le Général de Corps d’Armée Xavier Béni Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale ? A quelle partition ? Une ambiguïté voulue et flagrante dans la gestion de la crise sur le parvis se dégage nettement. Tout compte fait, le ministre de la Défense s’amuse à semer le trouble dans l’esprit des citoyens. On est tenté d’envisager qu’on trame quelque part une conspiration. Le but inavoué étant de botter en touche le Gouvernement de consensus, y compris le Premier ministre et mettre en place une nouvelle transition. Une disposition extra-constitutionnelle qui ferait plaisir au futur ancien, un certain Hery Rajaonarimampianina.

Il va falloir mettre les points sur les « i » que prendre en otage la « vérité », la vraie, signifiant tout court à instaurer la négation de la « Vérité ». Une contre-vérité, que l’on scande à tout vent pour haranguer la foule, portera atteinte à la dignité de la Nation.

Alors, à quelle Vérité consentirions-nous ? Il n’y a pas d’autres en dehors de celle que la HCC prononcera.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff