Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Difficile cohabitation

Publié le jeudi, 02 août 2018

Larousse définit le terme « cohabitation » par la « présence au pouvoir d’un chef d’Etat et d’un gouvernement de tendances politiques opposées ». En France, sous la Vème République, les Français avaient eu droit à trois cas de cohabitation. François Mitterrand qui n’envisageait point l’idée de démissionner après la défaite du parti socialiste(PS) aux Législatives de 1986, nomma Jacques Chirac du Rassemblement Pour la République (RPR), Droite, chef du Gouvernement. La première cohabitation PS/RPR dura deux ans. Au second mandat, Mitterrand dut faire face à une deuxième cohabitation, 1993-1995, suite à la victoire écrasante de la Droite à l’Assemblée Nationale.

L’économiste au nom du RPR fut nommé à Matignon. Enfin la troisième et dernière cohabitation, du moins jusque-là, de la Vème République, 1997-2002, le président Chirac (RPR) dut composer avec Lionel Jospin (PS), à la tête du Gouvernement. De ces trois cohabitations, les Français étaient témoins de l’engagement des uns et des autres à respecter l’ordre républicain et surtout le choix des français et le tout en l’honneur de la démocratie. Mitterrand et/ou Chirac, tous deux présidents élus, se pliaient devant les résultats des urnes.
A Madagascar, le mouvement pour le changement mené par les 73 députés de l’opposition à partir du 21 avril 2018 sur le parvis de l’Hôtel de Ville d’Analakely aboutit à la mise en place d’un régime de consensus sinon de cohabitation. La Haute Cour Constitutionnelle (HCC), à travers sa Décision du 25 mai 2018, contraignit le Chef de l’Etat à composer avec l’opposition. En effet, le Président devait désigner un nouveau Premier ministre issu des partis majoritaires selon les résultats des élections législatives de 2013 et l’ossature du nouveau Gouvernement devait aussi refléter cette majorité. Bien qu’Iavoloha ait pu trouver des astuces malsaines et malhonnêtes pour contourner ladite Décision, en ce sens que le HVM gardait encore la majorité des sièges dans la nouvelle équipe gouvernementale, on peut dire quand même qu’il y a image réelle de la cohabitation, certes, à la malagasy. Le pouvoir illimité du Chef de l’Etat s’est tout d’un coup rabougri. Il n’a plus la mainmise totale.
Loin des réalités des cohabitations françaises, la solidarité voire la collaboration au niveau de l’Exécutif traverse des moments de tensions latentes. Entre le Président et son PM, on se toise en chiens de faïence. Pas de guerre déclarée mais chacun se garde de ne pas piétiner la plate- bande de l’autre. On se respecte tout en évitant de se créer des ennuis. On s’évite et on s’observe de loin.
Plutôt du côté Gouvernement que la situation se corse. Le PM de consensus éprouve une difficulté à gérer la cohésion de l’équipe gouvernementale. Chacun prêche dans sa propre paroisse et les actions sont guidées par et pour les intérêts partisans. Les ministres HVM obnubilés par la galère de leur parti font profil bas. Ils ne savent plus sur quel pied danser. Les ministres issus de l’opposition tels les éléments du MAPAR et ceux du TIM travaillent chacun dans leur camp respectif. Bref, la solidarité gouvernementale ne tient qu’à un fil, l’élection. Ntsay Christian se livre à un exercice de grand écart pour maintenir, du moins pour la façade, la cohésion. Il doit mener à terme la mission, l’élection anticipée, malgré la difficile cohabitation.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Lutte contre l’insécurité - Le Président de la République offre un avion Casa, trois hélicoptères, 5 avions Cessna, une centaine de véhicules tout-terrain aux Forces de l’ordre !
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea admirés par tout un peuple
  • Festivités du 26 juin - Le Président Andry Rajoelina aux côtés de la population
  • Premier ministre Christian Ntsay - « La dette de 170 milliards d’ariary envers le secteur pétrolier apurée »
  • Coupe d’Afrique des Nations 2019 - « Alefa Barea ! »
  • Nouveaux contrats d’approvisionnement de la JIRAMA - En cours de finalisation !
  • Arrêt des subventions aux pétroliers - 240 milliards d’ariary disponibles pour des projets étatiques
  • Baisse conséquente du prix du pétrole lampant - Le régime priorise les plus vulnérables
  • Véronique Vouland Aneini - « Beaucoup d'espoirs se lèvent à Madagascar »
  • Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes

Editorial

  • Jouissances populaires
    Que la fête commence !  Les festivités entrant dans le cadre de la célébration de la Fête nationale battent leur plein. A Antananarivo, la Capitale de Madagasikara, c’est l’effervescence. Dans tous les quartiers des six Arrondissements, différentes animations pour tous les âges et pour tous les goûts sont prévues (kermesses, mini-podiums, etc). Sur l’Avenue de l’Indépendance, le podium central surchauffe l’ambiance. A Betongolo, la Fête de l’Armée reprend ses droits avec des attractions diverses (stands de tir, baby-foot, etc). En cette fin de journée, le clou de la Fête, ce sera un grand show de feu d’artifice à Anosy. Bref, c’est la fête populaire dans la Ville des Mille ! Des jouissances populaires auxquelles tous, sans distinction de religion ou de régions ni de niveau de vie encore moins de responsabilité du haut de l’échelle de l’Etat jusqu’au plus bas de l’étage, sont conviés. Dans les provinces, l’ambiance populaire est également au…

A bout portant

AutoDiff