Publié dans Editorial

« Médecin après… »

Publié le vendredi, 12 janvier 2018

« Médecin après la mort ! » Un adage populaire toujours valable. C’est désolant de constater que le toubib arrive après que le souffrant a rendu l’âme. Trop tard ! Peut-être que les proches parents avaient trop tergiversé sur les décisions à prendre. Ou bien, ils sous-estimaient la gravité de la maladie. Dès le premier symptôme, on aurait dû prendre, sans tarder, les mesures d’urgence, etc. Et même, avant que les signes de malaise apparaissent, il faudrait être vigilant.

D’où la nécessité de prioriser, avant toute chose, la prévention qui est, d’ailleurs, la meilleure de tous les traitements.
Le mercredi 10 janvier a été décrété par le Gouvernement  « journée nationale de l’assainissement ».  Chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national, la journée du mercredi fut, donc, consacrée en une journée nationale de mobilisation pour assainir l’environnement immédiat de chacun, du travail, de la communauté… Bureaux, maisons d’habitation et leurs environs, quartiers ou villages, etc., tout devrait être passé au peigne fin pour le besoin de la propreté, et cela, afin de conjurer plus que jamais le risque de résurgence de toute sorte d’épidémie.
L’initiative est louable. Il faut inculquer aux gens la culture et l’habitude de la propreté. C’est un besoin vital mais pas du tout un luxe ni un caprice quelconque. En fait, la saleté et la souillure sont la principale source de la plupart des maladies graves qui nous tuent.
Seulement voilà, l’initiative en question semble être prise un peu tard. La peste a « abattu » quelque 200 personnes, sans parler des centaines de personnes atteintes nécessitant des traitements urgents. Un geste de ce genre aurait dû être programmé bien avant. Les techniciens de la santé savent, pertinemment, la période saisonnière susceptible de faire resurgir les maladies épidermiques comme la peste ou le choléra. Leur responsabilité consiste à lancer le timing d’assainissement général pour se préparer à d’éventuels risques de propagation des maladies. Tout comme si le régime dépêche un médecin au chevet d’un patient qui vient de s’éteindre. Trop tard ! Pour les observateurs, il s’agit d’une mobilisation qui tape à côté de la plaque. En gros, l’initiative n’atteint pas la cible privilégiée. Ce sont les couches sociales vivant dans des conditions précaires qui s’entassent au milieu des saletés et constituant la grande majorité de la population ayant le plus besoin de cet assainissement là où elles vivent. Or, cette catégorie sociale ne se sentait pas concernée. Elle montre même une certaine indifférence face à la mobilisation nationale décrétée. En réalité, la majorité des Malagasy n’accorde que peu  d’importance à tout ce qui a un rapport avec ce régime lequel, en fin de compte, ne l’inspire plus aucun crédit. Toute injonction de sa part n’aurait que très peu de chance d’écho à la base.
D’autant qu’on s’indigne en faisant état des  « m’as-tu vu » trop affichés ici et là. C’était plutôt des occasions à nos dignitaires d’exhiber le supposé sens du civisme et les intérêts supérieurs qu’ils porteraient au service de la Nation. Tout ce manège aurait été mieux bien avant que la terrible peste sévisse. Mais, propagande oblige ! Tant pis, même s’il s’agit d’un « médecin après la mort ».
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff