Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Dans l’angoisse

Publié le mardi, 02 janvier 2018

Pauvre de nous ! Presque la totalité des familles malagasy a passé les fêtes de la Nativité, de fin d’année et du Nouvel An dans la peine et l’angoisse. Ecartelée par une misère contraignante, d’une part, et une troublante insécurité, de l’autre, la grande majorité des compatriotes n’ont pas pu jouir pleinement de ces moments de joie offerts, traditionnellement, pour l’occasion.

Comme toute famille qui se respecte, on voudrait bien passer une fête digne des grands jours mais les moyens en faisaient défaut. Les parents aimeraient bien offrir à leurs progénitures de quoi à les émerveiller, des jeux ou des jouets, sinon de petits succulents bonbons en pareille circonstance. Malheureusement, les faibles possibilités que l’on dispose ne le permettent pas, « valala tsy an-tànana, hono, tsy atolo-jaza », dit-on. Dans la plupart des cas, on se contentait de… rien ! D’autant que les prix affichés sur le marché des jouets, des friandises, des volailles ou autres ne sont pas à la portée de la modeste bourse de monsieur Tout-le-Monde. Sans oublier, au passage, la crainte en permanence d’être détroussé par les pickpockets, les voleurs à la tire ou à l’esbroufe et les violences gratuites en plein jour (coups de poignard,…). Mais la peine de ne pas pouvoir se satisfaire sinon de se régaler, en cette fin d’année et début d’une année nouvelle, ne concerne pas uniquement les pauvres consommateurs. Elle sévit aussi et surtout sur les commerçants de toute catégorie. L’affaire fut particulièrement morose. Un marchand de volailles (« akoho amam-borona ») s’était plaint de la catastrophe. L’affaire tournait court. A peine s’il a pu écouler une dizaine de dindes et d’oies. Une perte qu’il va difficilement récupérer durant l’année étant donné que l’inflation ira en s’augmentant et compliquera davantage la situation. En fait, tout le monde se plaint de la cherté et par conséquence de la dureté de la vie. Même pendant les moments difficiles de la Transition, on n’avait pas eu droit à ce genre de calvaire.
La sérénité, une des conditions sine qua non pour une pleine réjouissance n’y était pas non plus. Comment pouvait-on imaginer que des enfants, en pleine répétition pour la fête de l’arbre de Noël du 24 décembre seraient « fusillés » en rafales par de dangereux voyous ? En tout cas, les fêtes de fin d’année et du début de l’année nouvelle sont les moments de prédilection de ces « desperados » qui sèment la terreur partout où ils passent. N’importe où que l’on se trouve, que ce soit au marché, sur le chemin de rentrée, à l’église, au bal, dans une fête foraine, que ce soit dans les « taxis-be » ou même au… lit, on n’a jamais l’esprit tranquille. Il y a toujours des soucis à se faire. On dort les yeux ouverts. On marche l’esprit inquiet et on assiste au culte la tête ailleurs !  Les riches, dans leurs superbes villas, tout comme les misérables, dans leurs ghettos, vivent continuellement dans des moments de stress, lesquels sont dus soit à l’insécurité mordante, soit à cause de la pauvreté étouffante. Bref, la fête en tant que telle fut absente.
Pauvre de nous ! En quatre ans de pouvoir, le régime Hvm nous a conduits, directement, vers l’abime de la tourmente, autrement dit, dans l’angoisse.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff