Publié dans Editorial

Orpheline

Publié le dimanche, 15 octobre 2017

Zafy Albert, celui qui fut pris pour le « chantre » de la démocratie, disparait à l’âge de 90 ans. La démocratie perd l’un de ses plus grands défenseurs, sinon son père. Avec lui disparait, aussi, la vertu de l’humilité et de la probité. Propulsé au sommet de l’Etat des suites des contestations populaires au début des années 90 mettant fin au long règne de l’Amiral rouge Didier Ratsiraka, le Professeur Zafy Albert inaugura un nouveau style de gouvernance. Président de la Haute Autorité de l’Etat, HAE, il assuma la fonction de Chef de l’Etat, en tandem avec un certain Guy Willy Razanamasy à la Primature, et ce, grâce à la « Convention de Panorama » en 1991.  Mais, le « couple » ne devrait pas durer assez longtemps ! L’élection présidentielle de 1993, tout juste après un Référendum constitutionnel, devra le confirmer au poste de premier Président de la Troisième République. 

L’ « homme au chapeau de paille », en dépit de son statut de premier magistrat du pays, n’a jamais  abandonné la cause du bas-peuple. Il sillonnait le pays et ne ratait point les occasions pour établir des contacts directs avec la population à travers les « Mada-raids » sur, presque, tout le territoire national. Avec Zafy Albert, la démocratie n’était pas un vain mot. Il conversait, souvent sans intermédiaire, avec les simples gens et écoutait leurs préoccupations. Il reconnaissait la liberté d’expression et d’opinion. Professeur Agrégé de Médecine, spécialité chirurgie thoracique, de son état, Zafy Albert voulut témoigner de son humilité et décida de rester humble, auprès de son peuple. Un style en contre-pieds avec son prédécesseur qui, en tant qu’Officier de la Marine, prônait le concept de la…distance, ne se mêlait jamais dans la masse populaire.    Cependant, pour bien diriger un pays, il ne suffit pas d’être honnête et humble, il faut aussi, surtout, de la compétence technique et du discernement. Les connaissances, haut de gamme, qu’il avait acquis en Médecine, ne lui servait uniquement pas à maîtriser les arcanes du pouvoir. Pourtant, il n’est pas un néophyte car en 1972, il occupait déjà le poste de Ministre de la Santé dans le Gouvernement Ramanantsoa. Et c’est là que le bât blesse !  Le Président de la République Zafy Albert péchait par l’inaptitude de ne pas avoir la haute main sur le régime qu’il dirigeait. Il a été, quelque peu déconnecté. Des maladresses qui lui ont coûté cher. Le pays s’enlisait. Les tragiques situations laissées par les crises de 1990-91 s’empiraient. De nébuleux investisseurs débarquèrent. L’épopée des financements parallèles semait la pagaille. En réplique, les bailleurs traditionnels serraient l’étau. En somme,  l’ « homme au chapeau de paille », le Professeur Zafy Albert, ne parvenait, après deux ans et demi de pouvoir, à inverser la tendance. Les échecs s’accumulèrent. A l’Assemblée nationale, largement dominée par les députés proches du régime, l’UNDD, le vote de l’empêchement n’avait pas pu être évité. Ainsi, le premier président de la Troisième République fut destitué. Sans broncher et en vrai démocrate,  Zafy Albert se plia. Et même, sans coup férir, il se candidata dès la prochaine mandature à Tsimbazaza. Déjà persécutée et meurtrie par un régime aux abois, la démocratie avec la disparition de cet illustre Professeur, perd son cher père. Une orpheline, difficile à consoler ! 

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

La Une

Editorial

  • Madame, s’il vous plait !
    Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les…

A bout portant

AutoDiff