Publié dans Editorial

Date mythique

Publié le jeudi, 12 octobre 2017

Eliane Bezaza, le Secrétaire National du Parti Social Démocrate (PSD), appelle à l'éveil de la conscience nationale pour un devoir de mémoire. A quelques heures de la date mythique du 14 Octobre, elle invite chacun, en particulier le pouvoir en place, à honorer le souvenir de celui qui a été l'outil pour l'autodétermination du peuple malagasy : Philibert Tsiranana. En effet, 14 Octobre fut la période charnière conduisant le pays vers l'indépendance en 1960.

Quels que soient les avis divergents des historiens autour de l'accession de la Grande île à l'indépendance, la personne de Philibert Tsiranana, Premier Président de la République Malagasy tenait un rôle d'importance nationale.
Bien sûr, la démarche bénéficiait d'un contexte international favorable. L'Organisation des Nations Unies (ONU) pesait de tout son poids pour « obliger » les métropoles coloniales à libérer les pays colonisés. En dépit de la contribution, non négligeable, des Malagasy aux côtés des Français durant la Guerre, la France avait eu le toupet de réprimer durement les tentatives des nationalistes pour l'indépendance en mars 1947.
La France, parmi les cibles de l'Organisation mondiale, n'avait finalement d'autres choix que d'emboiter le pas des autres. Elle finit par se plier, mais encore, au prix de nébuleux et sanglant subterfuge !
De Gaulle, de retour au pouvoir en mai 1958, obligé et pressé par les évènements d'Algérie, prépara une vague d'indépendance déguisée pour l'Afrique. La cellule « France Afrique » sous la houlette d'un certain Jacques Foccart à l'Elysée montait les stratégies. Une contradiction interne que les historiens ne manquaient pas de soulever chez De Gaulle. Lui qui refusait l'armistice et ne voulait aucune concession à Hitler, par
l' « appel du 18 juin » à la Résistance, militait pour une France libre, refusait d'une réelle indépendance aux peuples colonisés.
Pour le cas de Madagascar, Paris desserra l'étau et tria au volet, soigneusement, les hommes, parmi les leaders du Parti des déshérités de Madagascar (Padesm), pour leur confier les rênes du pouvoir après son simulacre départ.
Par le référendum de 1958, Madagascar avait choisi de rester dans la Communauté française, et ce, malgré que le jeune Pasteur Andriamanjato Richard Mahitsison fit voter non à Antananarivo. Ce fut dans ce cadre de néocolonialisme que De Gaulle acceptait de doter à la Grande île le statut de République. Officiellement déclarée dans la grande salle du Lycée Gallieni le 14 Octobre 1958, Madagascar devient une République. C'est ainsi que naquit « la République Malagasy » dont le premier Président fut Philibert Tsiranana.
L'accession de Madagascar en tant que République fut une étape décisive vers le retour à l'indépendance du pays. Ainsi, le fait de passer délibérément sous silence la date du 14 0ctobre relève d'une indifférence très injuste à l'égard du processus irréversible à l'avènement de la souveraineté nationale. C'est, ni plus ni moins, un déni de l'Histoire.
Durant toute la durée de la Première République, le régime vouait à la date de 14 Octobre une vénération particulière. Elle recevait l'honneur qu'elle méritait. Seulement Didier Ratsiraka, imbu de son socialisme farouche, snobait la date car, selon lui, elle symbolisait l'emprise coloniale de l'ancienne métropole.
Ne serait-ce qu'un geste symbolique, loin d'être une honte, les tenants du régime doivent à cette date mythique du 14 Octobre une mémoire et un respect.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff