Publié dans Economie

Billets de banque émis en 2003 et 2004 - 182 milliards d’ariary à remplacer

Publié le vendredi, 29 novembre 2019

Utilisation peu courante. Les coupures émises en 2003 et 2004 sont maintenant en voie de disparition. Après environ une quinzaine d’années de circulation, ces billets de banque arrivent à la fin de leur validité au 31 décembre prochain. La Banque centrale de Madagascar, en tant qu’autorité chargée de l’émission de billets dans tout le territoire malagasy, a ainsi apporté davantage d’explication concernant cette décision gouvernementale. Une conférence de presse s’est tenue hier dans son siège à Antaninarenina. « Les anciens billets ne représentent qu’une faible proportion par rapport à la quantité des monnaies mises en circulation. En effet, nous les avons progressivement retirés du marché depuis l’émission de nouveaux billets en 2017. Actuellement, la valeur totale des billets de banque à Madagascar s’élève à 3 599 milliards d’ariary dont 182 milliards d’ariary représentent les anciennes coupures. Ces dernières  n’occupent  que 5 % de la totalité des monnaies.

Cela signifie que la majorité de la population utilise les nouveaux billets, une des raisons pour laquelle nous mettons fin à la validité des anciens »,  explique Nirina Rabearivony, vice-gouverneur de la Banque centrale.
Il s’avère que tous les pays du monde adoptent cette politique monétaire. Selon le vice- gouverneur, il serait plus facile pour les escrocs d’émettre des fausses coupures après des années de circulation des billets. L’institution financière procède ainsi à leur remplacement tous les dix à quinze ans. Une fois les anciens billets collectés, ils seront tout de suite broyés à la Banque centrale.
Par ailleurs, les gens n’auront pas à s’inquiéter car ils auront une année et demie pour procéder aux échanges des anciens billets. On peut encore les utiliser afin de régler toute opération financière jusqu’à la date butoir. Néanmoins, les membres du personnel de la Banque centrale avertissent les citoyens à être vigilants par rapport aux éventuelles escroqueries. « Les valeurs d’échange restent les mêmes lorsque vous voulez remplacer vos anciens billets auprès des banques. En plus, les opérations sont gratuites. Il suffit d’apporter une carte d’identité nationale lorsqu’on va à la Banque centrale de Madagascar, aux banques primaires ou encore au Trésor public et ses démembrements dans toute l’île », souligne le vice-gouverneur.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff