Publié dans Economie

Zone de libre-échange continentale africaine - Un marché de 1.210 milliard de consommateurs à saisir

Publié le mercredi, 06 novembre 2019

Une révolution industrielle 4.0 pour l’Afrique. Le continent africain a récemment lancé la zone de libre échange continentale en Afrique (ZLECAF) afin de promouvoir le commerce entre pays africain. Le onzième forum du secteur privé africain qui s’est tenu au Centre de conférence international (Ivato) s’est alors focalisé sur la mobilisation du secteur privé face à cette opportunité qui se présente. « Un marché de 1,210 milliard de consommateurs représente une grande opportunité en termes de production agricole surtout pour le secteur privé et une opportunité en termes de développement industriel et d’infrastructure.

Nous avons les matières premières entre nos mains alors transformons-les. L’Afrique ne doit pas rater l’opportunité de la révolution industrielle 4.0. Pour cette édition, nous avons particulièrement formé environ 80 jeunes qui vont devenir ambassadeur de ce dynamique qui est en train de se développer » annonce professeur Victor Harison, le commissaire aux affaires économiques de l’Union africaine durant son discours.

Malgré cette grande occasion à saisir, les pays de l’Union africaine sont loin d’être unis. Le Premier ministre Ntsay Christian a alors souligné l’importance de l’intégration des leaders de l’Afrique dans cette vision commune de développement. « Il est anormal qu’un pays comme Madagascar qui produit du bon rhum n’arrive pas à en vendre en Afrique. Pourtant, tous les secteurs sont des opportunités en Afrique. Il faut que l’Afrique regarde l’Afrique. Nous avons vraiment besoin de cette Afrique intégrée à travers les leaders de ce continent. Ces derniers vont dans le sens de la réalisation de cette vision commune», souligne-t-il dans son discours.

Ce forum s’adresse à une partie prenante qui joue un rôle d’accélérateur de croissance économique sans leur pays. Les quatre jours de débats seront axés sur le rôle du secteur privé, l’amélioration du climat des affaires qui passent par la mise en place de la bonne gouvernance, de l’Etat de droit, de la lutte contre la corruption, la lutte contre les flux financiers illicites et surtout la transformation productive de l’Afrique.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA
  • « Manina anao ‘nge aho » - Un titre de Dadah Rabel à ressusciter
  • Secteur de l’artisanat - Une carte professionnelle numérique pour les artisans
  • Débat sur les communales à Tana - Naina Andriantsitohaina gagne des points

Editorial

  • Maudits délestages !
    Les coupures d’eau et d’électricité reviennent au galop. Supposées être disparues dans les travées de la vie quotidienne des Malagasy, elles réapparaissent. Tel un oiseau de mauvais augure, les coupures intempestives ne présagent, en rien, un avenir meilleur et elles continuent de sévir durement. Décidément, les délestages s’acharnent sur nous, aveuglément et sans distinction, et créent des vagues de révolte. A l’allure où vont les choses, le risque d’explosion sociale est à craindre. Les souvenirs douloureux des périodes sombres du régime HVM hantent les esprits. Les pauvres usagers n’en peuvent plus. On aurait l’impression que le courroux des dieux s’abat sur le pays.

A bout portant

AutoDiff