Publié dans Economie

MEDEF International - « Madagascar remplit les critères attendus »

Publié le mercredi, 09 octobre 2019

Rassurés. C’est avec ce sentiment que les représentants de 30 entreprises françaises, issus de la délégation de MEDEF International venue pour une visite de prospection, ont quitté la Grande île. Effectivement, ces trois jours de rencontre avec le  secteur privé mais aussi public, sans oublier les sociétés françaises déjà bien implantées à Madagascar, ont permis d’éclaircir la lanterne des investisseurs,surtout en matière de conditions d’investissements et d’opportunités exploitables dans le pays. Chaque entrepreneur a ainsi eu la possibilité d’échanger avec les autorités locales rattachées à leurs activités respectives, lors de la rencontre avec le Président de la République, Andry Rajoelina et les membres du Gouvernement.

« En tout cas, les entreprises françaises sont déjà présentes à Madagascar. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Toutefois, actuellement, cet intérêt pour le pays ne cesse de s’accroître. Et la venue de cette délégation du MEDEF International dans la Grande île le prouve bien. L’idée étant d’élargir les relations économiques entre les deux pays pour un partenariat gagnant-gagnant », a soutenu Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar, avant-hier à la Résidence à Ivandry, durant une rencontre de la délégation des entrepreneurs français avec les opérateurs locaux.

« La défaillance historique de Madagascar en termes d’investissements fait que certaines entrepreneurs français ont toujours hésité à investir dans le pays. Cependant, au cours de cette visite, nous avons ressenti le début d’un nouvel air, avec une véritable volonté à évoluer. Ce qui fait que nous sommes confiants pour l’avenir des investissements. En plus, des entreprises françaises comme Orange ou Canal+ sont présentes dans le pays depuis plusieurs décennies déjà. Si elles sont encore présentes aujourd’hui, c’est que Madagascar remplit les critères attendus par les investisseurs. Il faudra juste dépasser cette peur psychologique », s’enthousiasme Vincent Bigaud, représentant d’Aggreko, une entreprise spécialisée dans le secteur énergétique. Il ne faut pas oublier que le choix des investisseurs repose sur un ensemble de critères, allant du foncier au taux d’inflation, de même que les différentes garanties d’investissement. Et c’est en fonction de ces critères qu’ils choisissent un pays ou un autre. « Mais le plus important pour un entrepreneur reste le retour sur investissements. Telle est la question fondamentale. Mais pour nous, les opportunités sont bien présentes. Nous avons par exemple déjà répondu à un appel d’offres d’une industrie minière du côté de Toliara pour la construction d’une centrale hybride », ajoute-t-il.  

D’un autre côté, le contexte culturel coïncide aussi avec les besoins de ces entreprises. « Ce serait difficile pour nous de nous installer dans un pays parlant l’anglais ou une autre langue. Mais c’est plus simple dans des pays francophones comme Madagascar, vu que l’environnement culturel mais aussi linguistique nous sont plus familiers », soutient un représentant d’une entreprise. En tout cas, le Chef de l’Etat a déjà promis la révision du cadre juridique dans le pays pour une meilleure sécurisation des investissements, quelles que soient les entreprises concernées.

Rova Randria

Fil infos

  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent

Editorial

  • Le crash !
    La compagnie nationale Air Mad doit trouver, présentement, 7 millions de dollars pour faire face à ses dépenses courantes. Un besoin immédiat sinon la compagnie s'acheminera vers la cession de paiement. La mauvaise nouvelle qui vient de tomber n'arrange pas du tout l'affaire en ce sens qu'elle (Air Mad) a perdu contre le litige avec Air France. En effet, le Tribunal de Commerce de Paris a tranché en faveur d'Air France. Air Mad doit payer 47 millions de dollars US de plus.  

A bout portant

AutoDiff