Publié dans Economie

Limogeage du Dg de la JIRAMA - Une étape pour accélérer le redressement de la compagnie

Publié le jeudi, 15 août 2019

« C’est le bon moment ! » Ce sont sur ces mots que Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures (MEEH) a annoncé le limogeage du directeur général de la JIRAMA, compagnie nationale d’eau et d’électricité, Olivier Jaomiary. Effectivement, avant-hier, lors du dernier Conseil des ministres, la suppression du décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant sur la nomination du directeur général de la JIRAMA (Jiro sy Rano Malagasy) a été décidée. « Le changement de dirigeant fait partie de la vie courante d’une société qu’elle soit privée ou publique comme la JIRAMA. A travers ce changement de tête, l’enjeu est d’accélérer la mise en place de toutes les actions de redressement de cette compagnie nationale. Il ne faut pas oublier que nous nous sommes fixés comme objectif que d’ici deux ans, la JIRAMA atteindrait son équilibre opérationnel, plus particulièrement sur le plan financier » a expliqué le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, hier, à Ampandrianomby, lors d’une rencontre avec la presse. Pour les autorités concernées, cette décision de changement de dirigeant est ainsi une étape vers cette accélération de la mise en œuvre du plan de redressement de la JIRAMA. « Ici, il n’est pas question de l’échec d’une équipe dirigeante, puisque que cette même équipe a collaboré avec nous pour réduire les délestages dans plus de 90 villes du pays à seulement 19 depuis le début de l’année. Mais avec un objectif de taille, il faut  une équipe  plus performante », rassure-t-il.


Recrutement
Dans cette recherche de la perle rare, un appel à manifestation d’intérêt sera lancé prochainement pour trouver le nouveau directeur général de la JIRAMA. « Nous engageons actuellement un processus clair et transparent de recrutement du nouveau directeur général. Il ne s’agira plus de désignation politique comme cela se faisait auparavant. Un appel à manifestation d’intérêt sera alors mis en place pour les prochains jours. Ensuite, la sélection viendra identifier le futur dirigeant de la JIRAMA», précise Vonjy Andriamanga. Jusqu’au recrutement du nouveau dirigeant, aucun directeur général par intérim ne sera  nommé.  « La JIRAMA a un dispositif de gestion et de pilotage dans ce genre de situation. De ce fait, il y a encore des dirigeants au sein de la JIRAMA qui se chargeront du bon fonctionnement de la compagnie d’ici-là », ajoute-t-il. Dans tous les cas, ce changement de dirigeant n’aura aucun impact sur la politique de fond de la JIRAMA.  Par ailleurs, des membres du personnel de la JIRAMA se réjouissent de ce limogeage de Jaomiary Olivier. Contrairement au ministre qui a utilisé des mots « diplomatiques » pour  justifier le remplacement du Dg de la JIRAMA, ces employés de la société, qui veulent garder l’anonymat, ne sont pas allés de main morte pour accabler leur ancien boss. Celui-ci, en effet, lors d’une manifestation au mois de février dernier a été prié par des employés, notamment les syndicalistes, à rendre son tablier. Il lui a été imputé la mauvaise gouvernance et l’incompétence et ce suite à la révélation faite par le ministre sur les contrats de la JIRAMA avec les prestataires. C’est peut-être la goutte d’eau qui a fait déborder le vase étant donné que dès le lendemain de la nomination de Jaomiary Olivier, la grogne montait au sein de la société. Les mauvaises langues affirmaient même que celui-ci ne serait pas issu des candidats sélectionnés mais parachuté par le pouvoir de l’époque après la clôture du dépôt des candidatures. C’est d’ailleurs le début d’un clash entre la direction générale, appuyée par le conseil d’administration, et certains employés. Quoi qu’il en soit, les consommateurs en général et la population en particulier n’aspirent qu’à une seule chose,  la qualité de service de la JIRAMA.
 Rova Randria

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff