Publié dans Economie

Agriculture - Filatex lance le projet « Roso »

Publié le jeudi, 08 août 2019

Le groupe Filatex est connu dans ses actions sociétales dans le domaine de l’éducation et de l’aménagement urbain telles que la réhabilitation des écoles publiques, la dotation en fournitures scolaires des enfants issus des familles vulnérables, l’embellissement et éclaircissement de certains quartiers des grandes villes. Mais depuis peu, Filatex embrasse également l’agriculture à travers le projet « Roso » dans la localité d’Ambohijanaka. Entretien avec Tanteraka Andrianiaina Rakotoarisoa, responsable RSE du groupe Filatex.
Q : Pourquoi ce revirement vers le monde paysan ?
T.A. : « Effectivement, Filatex est plutôt connu dans son intervention dans l’éducation et de l’aménagement urbain mais en tant qu’entreprise citoyenne, nos actions sont  en réalité transversales et ne se limitent pas à ces domaines. Filatex est persuadé que le développement continu de Madagascar passe par la promotion de l’agriculture durable, la sécurité alimentaire et l’amélioration de la nutrition ».


Q : Le programme « Roso » c’est quoi ?
T.A. « C’est un programme né après une enquête que le groupe Filatex avait menée au mois de novembre 2018 dans la Commune d’Ambohijanaka. Elle consiste à déterminer les besoins et les problèmes des agriculteurs dans cette localité. Le programme consiste au transfert de bonnes pratiques agricoles en vue d’assurer un meilleur rendement pour les paysans si on ne cite que le SRI, la mise en place de paysans semenciers, les cultures maraichères favorisées et des autres cultures ainsi que  l’appui aux activités d’élevage bovin, de vaches laitières, de volailles et à la pisciculture. Outre la formation agricole à proprement parler, les paysans seront initiés à la gestion de l’eau et de la fertilité du sol ainsi qu’à la gestion du budget familial. On leur facilitera également l’accès aux intrants ».
Q : Vos  attentes en lançant ce programme ?
T.A. « On souhaiterait que la qualité de vie des paysans soit améliorée et  une nette augmentation de leur production. Ainsi, la récolte puisse subvenir à leurs besoins et qu’ils puissent vendre le surplus. C’est l’unique moyen d’atteindre les objectifs fixés à savoir améliorer de façon durable la sécurité alimentaire et les revenus des familles agricultrices ».
Q : Pourquoi avez-vous choisi cette action ?
T.A « Quand Filatex apporte son soutien, l’une de ses politiques est de ne pas mettre les bénéficiaires en état de dépendance. Voilà pourquoi, nous avons mis en œuvre ce programme afin que plus tard, les paysans puissent bien produire et assurer la relève sans dépendre de nous. En outre, la promotion de l’agriculture durable et responsable entre dans l’ODD N°2 qui est  l’un de nos domaines de prédilection ».  
Q : Est-ce que ce type d’action sera réalisé dans d’autres localités ?
T.A. « Pour l’instant, nous allons commencer avec la Commune d’Ambohijanaka mais plus tard, on va sûrement l’étendre dans d’autres localités ».
Propos recueillis par  La rédaction

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff