Publié dans Economie

Huiles essentielles de géranium - L’offre ne satisfait pas la demande

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Encore au stade de production artisanale. Au début, la production d’huiles essentielles de géranium n’était qu’une simple activité supplémentaire pour les riziculteurs Du district de Fandriana, au centre-est du pays. Mais à partir de 2015, avec la collaboration de l’entreprise Aromania et de WWF Madagascar, cette filière est devenue une activité génératrice de revenus dans cette Région, notamment pour les agriculteurs regroupés actuellement dans une coopérative appelée « Maintsomanitra d’Iavomanitra », avec une capacité de production limitée. « Avant, je n’avais pas de travail. Je ne faisais que cultiver du riz pour nourrir ma femme et mes six enfants. La récolte couvrait à peine notre ration de riz mensuelle », se souvient Njara, père de famille de 49 ans, avec la gorge serrée.

Plus qu’une activité pour diversifier ses revenus quotidiens de riziculteur, la fabrication d’huile de géranium bourdon de Madagascar est désormais devenue son activité principale. « Dorénavant, j’arrive à subvenir aux besoins de ma famille, et je peux ainsi réaliser différents projets », s’enthousiasme-t-il. Effectivement, grâce aux sessions de formation-pratique octroyées par Aromania, les producteurs ont pu développer leur savoir-faire. Et aujourd’hui, ils arrivent à produire annuellement 180 kg d’huiles essentielles de géranium bourdon. Leur rendement s’élève à plus de 9 millions d’ariary. Njara et ses pairs vendent notamment leurs produits aux alentours de 500 000 ariary le litre.

Toutefois, cette production est encore insuffisante comparée aux besoins du marché. « A la base, c’était un appui aux communautés locales, dans le but de diversifier leurs sources de revenus agricoles. Ces communautés étant les gestionnaires des forêts et des ressources naturelles du Corridor forestier Fandriana Vondrozo Midongy (COFAV). Et maintenant, l’offre a du mal à suivre la demande tellement le résultat est fructueux », explique Apollinaire Razafimahatratra du WWF Madagascar. Dans ce sens, les producteurs devraient alors renforcer leurs activités en augmentant la quantité de leurs produits tout en maintenant leur qualité d’origine et en respectant l’environnement. Ce type d’activité pourrait en effet permettre le développement des différentes zones rurales de la Région.

Pour rappel, l’huile essentielle de géranium bourdon est utilisée dans plusieurs domaines tels que la santé, le bien-être et la beauté, surtout avec ses propriétés anti-infectieuse, anti-inflammatoire mais aussi antispasmodique, et bien d’autres encore.

Rova Randria

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff