Publié dans Economie

« INSCAE Innovation Idea » - L’entrepreneuriat des jeunes au premier plan

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Place à la jeunesse malagasy. L’Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration des Entreprises (INSCAE) promeut l’entrepreneuriat des jeunes. C’est dans ce cadre que l’association INSCAE Junior entreprise (IJE) organise la quatrième édition du grand concours de projet « INSCAE Innovation Idea ». Malgré la révélation que les Malagasy possèdent un esprit d’entrepreneur, ils manquent d’accompagnement pour se mettre en action. Ainsi, l’association IJE tente de remédier à ce point faible. C’est pourquoi l’organisateur dispense à tous les participants une incubation de trois mois. « Nous organisons chaque année cet événement. Il faut tout de même noter qu’il ne se limite pas simplement à un concours.

Effectivement, les candidats seront également assistés par des professionnels du métier pendant trois mois pour que leur projet se développe. C’est également une occasion pour eux d’étendre leur réseau et de rencontrer des investisseurs. A noter que cet accompagnement pourra toujours continuer si le promoteur le souhaite », souligne Kanto Rakotondrasata, à la fois organisatrice et membre de l’IJE, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au sein de l’établissement.

 Deuxième vague

Une première vague de dépôt des dossiers a été clôturée le 14 juin dernier. Afin d’offrir la même chance à tout le monde, l’organisateur a décidé de lancer une deuxième vague d’appel à projets le mois prochain. « Une deuxième vague s’ouvre du 1er au 5 juillet. Les candidats devront déposer un business model et une première version de leur business plan. D’ailleurs, les canevas sont déjà fournis en ligne par l’INSCAE Junior Entreprise. Mais il faut que le porteur de projet soit un étudiant. Tout projet innovant et issu de n’importe quel secteur a le droit de participer au concours. Mais nous insistons sur l’assiduité et à la volonté ferme de l’entrepreneur car l’incubation s’étale sur une longue durée », continue-t-elle. Les  intéressés peuvent participer individuellement ou en équipe composée de sept personnes au maximum. A noter que ce concours s’ouvre à tous les étudiants issus des instituts et universités. La présentation finale est prévue se tenir au mois de novembre.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff