Publié dans Economie

Ministère de l’Economie et des Finances - 190 millions de dollars dans le budget de l’Etat

Publié le mercredi, 15 mai 2019

Deux signatures en une journée. La signature de la convention entre le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto et la Banque mondiale ainsi que le Fonds d’intervention pour le développement (FID) s’est tenue hier au Palais de Mahazoarivo. Cette somme soutient les réformes pour améliorer la viabilité des finances publiques et la gouvernance du secteur d’électricité.  

« Le montant de cet appui budgétaire a été en effet augmenté. Il était initialement d’un montant de 40 millions de dollars, mais a été finalement fixé à 100 millions de dollars. Cette augmentation est justifiée sur le fait que plusieurs réformes ont été mises en œuvre de façon plus appuyée par rapport à ce qui a été initialement prévu. C’est aussi une marque de soutien du groupe de la Banque mondiale à la volonté affichée de ce Gouvernement de mettre en œuvre des réformes en faveur d’une croissance accélérée et plus inclusive. Dans le cadre de cette opération, les réformes appuyées porte sur une gestion vraiment efficace et transparente des finances publiques en soutien à l’investissement public, en particulier dans le secteur énergétique. Cette opération est approuvée. Elle entre dans le budget de l’Etat et nous nous réjouissons déjà de continuer à travailler avec le Gouvernement afin de l’appuyer dans la réalisation d’autres réformes pour les années à venir », explique Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.  

Appui au secteur énergétique

Le Gouvernement prévoit de doubler l’accès à l’électricité au cours des cinq prochaines années. Cependant, le fait de parvenir à un accès plus élargi à l’électricité nécessite de mobiliser des investissements privés de manière viable sur le plan financier. Avec des passifs cumulés de près de 5 % du Produit intérieur brut (PIB), c’est-à-dire de la richesse nationale et des pertes d’exploitation de plus de 2 % du PIB, la santé financière de la JIRAMA revêt une importance macroéconomique pour le pays. La poursuite des efforts en faveur de l’amélioration de la gouvernance de la JIRAMA contribuera à réduire les subventions de l’Etat et permet ainsi de dégager un espace budgétaire supplémentaire pour le financement des dépenses et des investissements à caractère social.

Une gestion adéquate des investissements dans le secteur de l’électricité ainsi que l’amélioration de la performance financière et opérationnelle de la JIRAMA contribuent en effet à améliorer le climat des investissements et le climat des affaires dans le pays.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff