Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Période des fêtes - Les prix commencent à flamber

Publié le vendredi, 07 décembre 2018

Il fallait s’y attendre ! Les prix montent en flèche actuellement au même rythme que les eaux dans certains quartiers d’Antananarivo. Entre la période des fêtes et la saison des pluies, il ne faut pas s’étonner si les prix commencent à flamber. Et cette hausse est remarquée sur quasiment tous les produits de consommation, allant des fruits et légumes aux produits de première nécessité. « En cette saison, les routes sont plus difficiles d’accès, surtout que les pluies sont très abondantes cette année. Les frais de transport des marchandises ont ainsi augmenté. Et nous ne pouvons combler nos pertes qu’en augmentant les prix », justifie un grossiste du côté du marché d’Isotry. Les routes, que ce soient régionales ou nationales, se dégradent de plus en plus sous l’effet des fortes pluies. Il ne faut pas non plus oublier la hausse de prix des carburants.

Effectivement, en matière de légumes, les prix ont nettement évolué depuis le mois d’octobre dernier. Pour les carottes par exemple, le kilo vaut maintenant entre 1 500 et 2 000 ariary. Alors qu’auparavant, il s’est situé en-dessous des 1 500 ariary. Quant aux pommes de terres et aux haricots verts, ils s’achètent respectivement à 1 400 et 2 000 ariary.
« Depuis le début de la saison des pluies, les prix ont complètement été chamboulés. Et la pluie est utilisée comme excuse par la majorité de mes fournisseurs pour se justifier. En tant qu’opérateur, je ne peux que m’accomoder par rapport au contexte et adapter le prix de mes produits dérivés en conséquence », constate Eliane Ramaroson, traiteur particulier. Toutefois, un fait qui étonne,  c’est que le prix des tomates reste stable, alors que ces dernières sont des légumes considérées comme les plus fragiles. Le kilo se vend à l’heure actuelle aux environs de 1 600 ariary.
 Le filet à 16 000 ariary
Mauvaise nouvelle. En cette période, comme tous les ans, à l’approche des fêtes de fin d’année, la viande est chèrement payée pour les consommateurs. En effet, actuellement, le kilo de la viande de bœuf a connu une hausse de 1 000 ariary, tout comme celui du porc et du poulet de chair. Ils sont ainsi passés de 10 000 à 11 000 ariary, de 11 000 à 12 000 ariary et de 9 000 à 10 000 ariary. Et pour les parties plus appréciées, le kilo revient encore plus coûteux. Le filet s’achète désormais à 16 000 ariary tandis que la côtelette coûte 15 000 ariary. Et les PPN suivent également la même cadence. Les fêtes de fin d’année risqueront d’avoir un goût amer dans la bouche de la population malagasy. 
Rova R.

Fil infos

  • Lutte contre l’insécurité - Le Président de la République offre un avion Casa, trois hélicoptères, 5 avions Cessna, une centaine de véhicules tout-terrain aux Forces de l’ordre !
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea admirés par tout un peuple
  • Festivités du 26 juin - Le Président Andry Rajoelina aux côtés de la population
  • Premier ministre Christian Ntsay - « La dette de 170 milliards d’ariary envers le secteur pétrolier apurée »
  • Coupe d’Afrique des Nations 2019 - « Alefa Barea ! »
  • Nouveaux contrats d’approvisionnement de la JIRAMA - En cours de finalisation !
  • Arrêt des subventions aux pétroliers - 240 milliards d’ariary disponibles pour des projets étatiques
  • Baisse conséquente du prix du pétrole lampant - Le régime priorise les plus vulnérables
  • Véronique Vouland Aneini - « Beaucoup d'espoirs se lèvent à Madagascar »
  • Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes

Editorial

  • Jouissances populaires
    Que la fête commence !  Les festivités entrant dans le cadre de la célébration de la Fête nationale battent leur plein. A Antananarivo, la Capitale de Madagasikara, c’est l’effervescence. Dans tous les quartiers des six Arrondissements, différentes animations pour tous les âges et pour tous les goûts sont prévues (kermesses, mini-podiums, etc). Sur l’Avenue de l’Indépendance, le podium central surchauffe l’ambiance. A Betongolo, la Fête de l’Armée reprend ses droits avec des attractions diverses (stands de tir, baby-foot, etc). En cette fin de journée, le clou de la Fête, ce sera un grand show de feu d’artifice à Anosy. Bref, c’est la fête populaire dans la Ville des Mille ! Des jouissances populaires auxquelles tous, sans distinction de religion ou de régions ni de niveau de vie encore moins de responsabilité du haut de l’échelle de l’Etat jusqu’au plus bas de l’étage, sont conviés. Dans les provinces, l’ambiance populaire est également au…

A bout portant

AutoDiff