Publié dans Economie

Consommation - Hausse de 3 000 ariary du prix du charbon de bois

Publié le vendredi, 16 novembre 2018

Inévitable. Avec le début de la saison des pluies, il n’est pas étonnant que les prix des marchandises augmentent. Effectivement, cette saison rime toujours avec destruction des réseaux routiers de la Grande île. Pour cette période-ci, ce seront les utilisateurs du charbon de bois qui seront pénalisés. Le prix du sac du charbon de bois a notamment connu une hausse moyenne de 3 000 ariary. Désormais, un sac de charbon s’achète entre 23 000 et 26 000 ariary. « Entre la destruction des routes et la hausse du prix du carburant, les transporteurs ont également opéré une hausse. Nous sommes donc obligés de suivre la tendance et d’augmenter nos prix pour éviter les pertes », explique Rajean, vendeur de charbon de bois du côté du quartier d’Isotry.

Il ne faut pas non plus oublier que durant cette période, il est plus difficile de faire du charbon de bois en raison de l’humidité. De ce fait, soit la production devra se réduire, soit elle est de mauvaise qualité. Face à cette situation, bon nombre des consommateurs se plaignent. « Même justifiée, cette augmentation me reste encore en travers de la gorge. Le prix a encore augmenté alors que la qualité s’est nettement dégradée. C’est toujours comme cela ! Mais j’en achète toujours parce que je n’ai pas d’autres solutions vu que toutes les autres alternatives sont bien au-dessus de mes moyens », précise Lila Ramorasata, fonctionnaire et mère de deux enfants. Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, le charbon de bois et le bois de chauffe sont les seules sources énergétiques se rapportant au pouvoir d’achat des ménages malagasy.
Destruction constante des fôrets
Toutefois, il est plus que nécessaire que cette tendance change. A noter qu’en 2012 par exemple, d’après la WWF, il a fallu détruire 15 000 ha de fôrets pour pouvoir subvenir aux 28 500 tonnes de demande en charbon  de bois de la ville de Toliara. Pour le cas de la Capitale, ces chiffres sont alors largement dépassés. Alors, si l’usage du charbon de bois continue à ce rythme, Madagascar n’aura plus de fôrets. Il ne faut pas non plus oublier que seuls 10% des zones forestières de la Grande île existent encore jusqu’à maintenant. Ainsi, cette disparition risquera de troubler tout l’écosystème de la Grande île.
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Saisie de bois de rose chez TIKO Sambaina - Opération menée par Rolly Mercia
  • 69 ans aujourd’hui - Marc Ravalomanana plombé par son âge
  • Ministère de la Justice - Tout manquement professionnel n’est toléré
  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana

La Une

Editorial

  • Indétrônable
    Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

A bout portant

AutoDiff