Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Consommation - Hausse de 3 000 ariary du prix du charbon de bois

Publié le vendredi, 16 novembre 2018

Inévitable. Avec le début de la saison des pluies, il n’est pas étonnant que les prix des marchandises augmentent. Effectivement, cette saison rime toujours avec destruction des réseaux routiers de la Grande île. Pour cette période-ci, ce seront les utilisateurs du charbon de bois qui seront pénalisés. Le prix du sac du charbon de bois a notamment connu une hausse moyenne de 3 000 ariary. Désormais, un sac de charbon s’achète entre 23 000 et 26 000 ariary. « Entre la destruction des routes et la hausse du prix du carburant, les transporteurs ont également opéré une hausse. Nous sommes donc obligés de suivre la tendance et d’augmenter nos prix pour éviter les pertes », explique Rajean, vendeur de charbon de bois du côté du quartier d’Isotry.

Il ne faut pas non plus oublier que durant cette période, il est plus difficile de faire du charbon de bois en raison de l’humidité. De ce fait, soit la production devra se réduire, soit elle est de mauvaise qualité. Face à cette situation, bon nombre des consommateurs se plaignent. « Même justifiée, cette augmentation me reste encore en travers de la gorge. Le prix a encore augmenté alors que la qualité s’est nettement dégradée. C’est toujours comme cela ! Mais j’en achète toujours parce que je n’ai pas d’autres solutions vu que toutes les autres alternatives sont bien au-dessus de mes moyens », précise Lila Ramorasata, fonctionnaire et mère de deux enfants. Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, le charbon de bois et le bois de chauffe sont les seules sources énergétiques se rapportant au pouvoir d’achat des ménages malagasy.
Destruction constante des fôrets
Toutefois, il est plus que nécessaire que cette tendance change. A noter qu’en 2012 par exemple, d’après la WWF, il a fallu détruire 15 000 ha de fôrets pour pouvoir subvenir aux 28 500 tonnes de demande en charbon  de bois de la ville de Toliara. Pour le cas de la Capitale, ces chiffres sont alors largement dépassés. Alors, si l’usage du charbon de bois continue à ce rythme, Madagascar n’aura plus de fôrets. Il ne faut pas non plus oublier que seuls 10% des zones forestières de la Grande île existent encore jusqu’à maintenant. Ainsi, cette disparition risquera de troubler tout l’écosystème de la Grande île.
Rova R.

Fil infos

  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes
  • Guy Maxime Ralaiseheno - « Un changement se base sur une pratique politique saine de tous »
  • Vente de la Résidence de Madagascar à New-York - La sulfureuse affaire refait surface

Editorial

  • Le bon choix !
    A quelques encablures de la date fatidique du 27 mai, il faut mettre le paquet. Le régime IEM doit concentrer tous les efforts pour que le pays ne rate pas le coche. Un tournant décisif pour tous les Malagasy et une étape cruciale pour les tenants du pouvoir ! Tout dépend du choix intime de chacun dans le secret de l'isoloir. Cette fois encore, le verdict des urnes impactera sur l'avenir des 25 millions de Malagasy. En effet, un bon choix dans les urnes comblera le pays de la sérénité et de la prospérité.  

A bout portant

AutoDiff