Publié dans Economie

Service de renseignements financiers - Plus de 233 milliards d’ariary suspectés

Publié le mercredi, 18 juillet 2018

Nette augmentation. Le SAMIFIN (« Sampan-draharaha malagasy iadiana amin’ny famotsiam-bola sy famatsiam-bola ny fampihorohoroana ») ou le Service de renseignements financiers a célébré hier, dans ses locaux à 67 hectares, ses dix années de service dans la lutte contre le blanchiment d’argent à Madagascar. Pour la même occasion, cette administration gouvernementale a également présenté le rapport annuel de ses activités de 2017.  Pour l’année dernière, elle a donc reçu exactement 353 déclarations d’informations confidentielles dont 59 % d’entre elles ont été rapportées par les banques. Parmi
ces chiffres, 151 sont des déclarations d’opérations suspectes. Avec une nette augmentation des déclarations faites auprès du SAMIFIN, le montant approximatif en jeu a également augmenté. Effectivement, de 2016 à 2017, il est passé de 91 329 983 000 à 233 319 000 000 d’ariary. « C’est surtout le montant en jeu dans les importations et la vente de marchandises générales qui a explosé, avec une augmentation de 65 % », a détaillé Lamina Boto Tsara Dia, directeur général du SAMIFIN, lors de la présentation de ce rapport. Toutefois, ce ne sont pas les seuls secteurs concernés par le blanchiment d’argent, vu que le trafic de produits forestiers enregistre une somme assez conséquente.


 Retard de jugement
 Après les enquêtes effectuées, le SAMIFIN doit donc, soit transmettre au Parquet, soit remettre aux différentes administrations compétentes les dossiers y afférents. Pour 2017, il a remis cent sept dossiers au Parquet. Cependant, comme l’extorsion de fonds est un crime à Madagascar, les dossiers ne sont pas traités tout de suite après la fin des enquêtes et le jugement prend plus de temps à être rendu.  « C’est notre principal souci aujourd’hui ! Nous avons déjà soumis un projet de loi auprès de l’Assemblée nationale pour changer cette situation, mais il n’a pas encore été approuvé. Pourtant, en définissant le blanchiment d’argent comme un délit, les démarches judiciaires s’accélèreront. Cela permettra également au pays de suivre les normes internationales en matière de renseignements financiers », a expliqué le directeur général du SAMIFIN. Effectivement, Madagascar se retrouve depuis cette année en suivi renforcé en raison de cette non-conformité des lois. Et ce service veut absolument y remédier.  Pour précision, les fraudes fiscales sont les infractions les plus fréquentes. Et les terminaux de paiement électronique sont les outils les plus utilisés pour détourner des fonds. 
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff