Publié dans Economie

Prix à la pompe - Une solution proposée par les défenseurs des consommateurs

Publié le mercredi, 30 mai 2018

A chaque fin de mois, l'ajustement des prix à la pompe est toujours redouté par les usagers. Les défenseurs des consommateurs ont ainsi proposé des solutions pour alléger les dépenses de chacun. Entre l'augmentation des frais de transport et celle des produits de première nécessité, cette variation de prix des carburants pourrait impacter directement sur les revenus de chaque ménage.

Et avec l'instabilité de la situation en Iran et l'appréciation du dollar, le prix du baril sur le marché international n'est pas vraiment favorable pour un « petit » pays importateur comme Madagascar. Face à cette situation, l'application des vérités de prix à la pompe est incontournable. Le pouvoir d'achat de la population malagasy est majoritairement en dessous de la moyenne. Une fixation des prix à la pompe au-delà de 4 000 ariary pourrait donc causer une hausse généralisée des prix. Les revenus actuels n'arriveraient pas à bout de cette hausse.
« Catégorisation selon les consommateurs »
« Au lieu de lisser les prix ou de donner des subventions afin de combler le manque à gagner des opérateurs concernés, l'Etat pourrait les catégoriser selon les consommateurs. Il y aurait alors un prix pour les particuliers et un autre pour les transporteurs en commun », propose l'association « Fikambanana miaro ny zon'ny mpanjifa malagasy (FIMZOMPAM) ». Selon les explications apportées par Tiana Rabarison, président de FIMZOMPAM, « avec cette mesure, les subventions octroyées à l'Agence des transports terrestres (Att) seront ainsi transformées en tickets ou cartes carburants. Ces cartes seront par la suite données aux transporteurs qui respectent les normes requises ». Par conséquent, cette proposition permettra d'effectuer un meilleur contrôle et suivi des résolutions prises par les transporteurs en commun pour vraiment améliorer leurs services et l'état de leurs véhicules.
Pour précision, cette proposition provient directement des usagers, soucieux des conséquences d'une hausse probable des prix à la pompe. L'association FIMZOMPAM l'a soumise à maintes reprises au ministère de l'Energie, de l'Eau et des Hydrocarbures. Cependant, cette idée n'est pas encore appliquée jusqu'ici. Durant la séance d'informations organisée hier à Ampandrianomby par l'Office malagasy des hydrocarbures (OMH), elle en a profité pour réitérer sa suggestion. 
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff