Publié dans Economie

Partenariats financiers - Un risque d’endettement pour l’Afrique subsaharienne

Publié le lundi, 14 mai 2018

Le Fonds monétaire international (FMI) a présenté, mardi dernier, un rapport sur la situation actuelle des pays africains vis-à-vis de leurs dettes. Un risque d’endettement pourrait ainsi subvenir dans les pays de l’Afrique subsaharienne. Cette institution internationale a effectivement constaté que les Etats africains ont contracté l’année dernière plus de 7,5 milliards de dollars d’emprunts obligataires, soit une valeur de dix fois plus élevée qu’en 2016.

Et d’après ses prévisions, cette tendance pourrait encore s’étendre sur l’année 2018, vu que durant ce premier semestre, les pays africains ont déjà émis plus de 11 milliards de dollars d’obligations souveraines. Une augmentation qui pourrait nuire aux économies des pays concernés, particulièrement faibles actuellement. D’après les informations relayées par Jeune Afrique, ce risque d’endettement provient surtout de « la hausse des taux d’intérêt moyens (de 4 % en 2013 à 12 % en 2017) qui augmentera considérablement le coût de remboursement de ces emprunts. A ce rythme, plusieurs pays africains pourraient se retrouver dans l’incapacité de rembourser les titres émis ». Et selon les chiffres calculés par le FMI, « environ 40 % des pays à faibles revenus de cette Région seraient en situation de surendettement ou à haut risque ».
Cette hausse est particulièrement due aux grands projets d’infrastructures et de développement social surgissant sur le continent. Ainsi, pour éviter cette situation d’endettement, une situation qui domine à Madagascar actuellement, le FMI recommande aux Etats africains de bien maîtriser leur budget, d’augmenter la collecte d’impôts et de mettre en place un cadre plus favorable à l’investissement. A titre d’exemple, dans le cadre de l’obtention de la Facilité élargie de crédit (FEC), le pays a effectivement adopté de nouvelles mesures dans le but de mieux gérer les investissements publics ainsi que les revenus. Des dispositions relatives à l’impôt sont maintenant de rigueur pour augmenter les recettes de l’Etat. Il y a également la nouvelle loi sur les zones économiques spécialisées qui a été soi-disant adoptée afin de favoriser l’investissement dans le pays. Ces mesures pourraient garantir une meilleure stabilité économique, mais les dettes ne seront pas pour autant réduites. 
Recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ
  • Promulgation des lois électorales - La Constitution violée pour la énième fois
  • Négociateur du HVM - Maharante Jean de Dieu, une personnalité clivante
  • Initiative pour l'Emergence de Madagascar - Un premier forum international à Antananarivo

Editorial

  • Point de droit
    Aristote (384-322), un philosophe de la Grèce antique, l'auteur de la célèbre pensée « l'homme est un animal politique », dans son exposé thématique sur la vertu, prônait le concept du « juste milieu ». Il invitait toujours l'homme à chercher la médiane entre un « par défaut » et un « excès ».Une philosophie qui avait largement contribué ou influencé à la conception de la pensée occidentale. Une sagesse que le monde de l'Ouest, par la voie du dialogue, tente de prioriser autant que possible. La recherche du consensus marque les progrès dans toute démarche de règlement de conflit. On bannit toute tentative au fanatisme et à l'intégrisme.

A bout portant

AutoDiff