Publié dans Economie

Recettes fiscales - La nécessité d’augmenter le nombre de contribuables

Publié le mardi, 13 février 2018

De 16 à 23 % de pression fiscale. Pour cette année, la Direction générale des impôts (Dgi) se doit d’augmenter autant le nombre de contribuables que les recettes fiscales. Les secteurs cibles sont la pêche, l’exploitation des forêts ainsi que l’exploitation minière et les activités touchant les produits de rente comme la vanille ou encore le girofle. Ces secteurs ont été choisis pour leur grande potentialité en matière de revenus, et leur formalisation engendrera  également des meilleures recettes pour le Fisc. Pour y arriver, la Dgi va ainsi renforcer les suivis ainsi que les contrôles pour éviter toutes fraudes fiscales.

Pour rappel, dans son bilan de 2017, concernant les apports fiscaux, elle a constaté que ce sont les grandes entreprises qui y ont le plus contribué avec un taux de 82 %. A cet effet, les contribuables demeurent toujours les mêmes. Et c’est cette tendance que la Dgi souhaite changer en instaurant une meilleure campagne de sensibilisation afin de persuader chacun à payer ses impôts.
Le problème du secteur informel
« Déjà que j’ai des difficultés à gagner ma vie, je dois encore reverser un partie de mes gains au Fisc » se plaint Faly, un gargotier du centre-ville. Il continue en ajoutant qu’« en plus, la somme à verser est assez conséquente. Pourtant, je ne vois aucunement où vont mes impôts, à ne citer ce que je dois subir chaque jour avec les embouteillages engendrés par la détérioration des infrastructures routières de la Capitale ». Effectivement, mis à part les problèmes financiers, la réticence des contribuables à payer les impôts repose particulièrement sur le fait qu’ils ne savent pas où vont toutes leurs contributions. En effet, cela devrait former un cercle vertueux : les contribuables paient les impôts et en contrepartie, ils peuvent recevoir une meilleure qualité de service comme une amélioration de la sécurité, un accès à de meilleures infrastructures ou encore une obtention d’une meilleure couverture « santé ». Toutefois, ce n’est pas le cas. Par conséquent, les acteurs économiques préfèrent rester dans l’informel.
Recueillis par Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff