Publié dans Economie

« Allo Taxi n’akà » - L’entreprise qui s’est inspirée du modèle Uber

Publié le mardi, 02 janvier 2018

Révolutionnaire. Fondée par la jeune et ambitieuse Koloina Ranaivo Rajaonarisoa, « Allo Taxi n’akà » est une plateforme qui propose un service novateur aux usagers du transport urbain à Antananarivo. En fait, l’entreprise en question s’est inspirée du modèle Uber afin d’instaurer un service de taxi rapide et sécurisé au sein de la ville des mille.

A cet effet, le service proposé est très pratique : il permet aux usagers de bénéficier des services d’un taxi, à n’importe quelle heure et à n’importe quel endroit de la Capitale. Pour ce faire, les clients doivent juste prendre contact avec la plateforme par téléphone, par sms ou encore via la page Facebook de cette dernière. Ils doivent également indiquer quand et où le taxi doit les récupérer.  Par la suite, « Allo Taxi n’akà » se charge de trouver un taxi pour le client en question; il s’assure aussi à ce que le taxi arrive le plus rapidement possible auprès de l’intéressé. Afin d’assurer la sécurité des clients, l’entreprise a choisi de collaborer avec des chauffeurs de taxi, triés sur le volet. D’ailleurs, depuis sa création en novembre 2017,  ladite plateforme enregistre plus de 300 taximen à son effectif. Et ce nombre augmente continuellement puisque « Allo Taxi n’akà » attire de nombreux taximen.
Gagnant-gagnant. Grâce à cette nouvelle plateforme, tout le monde y trouve son compte. En ce sens, les clients peuvent bénéficier 24h/24 et 7j/7 des services d’un taxi. Pour ce qui est des taximen, ces derniers peuvent considérablement réduire leur dépense, étant donné qu’ils évitent de rouler à vide. De son côté, « Allo Taxi n’akà »  prend une commission de 10 % sur chaque course. Certes, faire appel aux services « d’Allo Taxi n’akà » a un prix. Cependant, il faut dire que les prestations de cette plateforme, principalement axées sur la disponibilité, la rapidité et la sécurité, valent bien la peine qu’on mette la main au porte- monnaie.   
Recueillis par Marinà R.

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff