Publié dans Economie

Agriculture et élevage - Trouver des initiatives pour développer le Sud

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

Incompatibilité. Nombreuses sont les régions de la Grande île qui font encore face à une insécurité alimentaire alors qu’elles regorgent des grandes potentialités inexploitées. Pour y remédier, des recherches axées sur le développement durable dans le grand Sud ont été réalisées par le Centre national de recherche appliquée au développement (Fofifa). Toutefois, pour mener à bien ces recherches et afin d’obtenir des résultats tout à fait palpables, le Fofifa a travaillé en collaboration avec les différentes entités concernées à savoir l’Ecole supérieure des sciences agronomiques (Essa), l’Agence nationale de contrôle officiel des semences et plants (Ancos), le Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad) ainsi que le Gret, le professionnel du développement solidaire et le Centre technique d’agro écologie du Sud (Ctas). Effectivement, toutes ces entités sont concernées, de près ou de loin, et doivent trouver les solutions qui conviennent à l’amélioration de l’agriculture et de l’élevage qui permettra l’éradication de l’insécurité alimentaire et le développement de l’économie locale.

 

Par conséquent, le Fofifa et le Gret ont alors organisé un atelier de restitution des initiatives mises en place, jeudi dernier, à Ampandrianomby. Cet atelier a permis, à tous ceux qui ont contribué, de partager leurs réalisations mais également de présenter toutes les actions menées cadrant dans le secteur semencier et de définir les normes régionales adaptées aux normes agro-écologiques du Sud. Les chercheurs ont, en effet, enregistré plus d’une quarantaine de variétés de semences correspondant aux conditions climatiques et autres du Sud de l’île. Ces semences ont donc été diffusées auprès de la population locale pour qu’elle puisse les exploiter. Par conséquent, les participants ont constaté qu’il y a une liaison indéniable entre l’agriculture et l’alimentation et qu’il faut développer l’agriculture familiale durable qui contribuera à l’augmentation de la production agricole. En ce qui concerne l’élevage, du progrès a été enregistré, notamment au niveau de l’alimentation et de la santé des animaux.

Il faut préciser que ces initiatives de développement du Sud de Madagascar ont été exécutées grâce au partenariat avec les grandes institutions internationales : l’Union européenne, la coopération allemande (Giz), le Catholic relief services (Crs) mais également l’Organisation mondiale de l’agriculture et de l’alimentation (Fao) et les Agronomes et les vétérinaires sans frontières. 

Propos recueillis par Rova R. 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Affaire Houcine Arfa - Le mystère demeure entier
  • Laïcité de l’Etat - Hery Rajaonarimampianina perpétue l’infraction
  • Marc Ravalomanana - La persécution continue
  • Changement de gouvernement - Bruit de bottes à la primature
  • Loi sur la Zone économique spéciale - Benjamina Ramanantsoa humilié
  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis

La Une

Editorial

  • L’effondrement !
    L’anéantissement du régime, en place, serait-il proche ? Des signes précurseurs semblent l’annoncer. Essoufflement, fatigues ou sueurs froides, des symptômes réels d’une maladie grave  et qui apparaissent au moindre effort physique. On dirait qu’il ne reste plus au « malade » que quelque temps ! Sous une autre forme, l’édifice du parti au pouvoir, le HVM (Hery vaovaon’ny Madagasikara) dont la « construction » ne datait que de 2013, semble déjà menacé par l’apparition, ici et là, sur la façade principale, des « fissures  béantes ». Pour les spécialistes en bâtiment, l’effondrement de la bâtisse ne serait plus qu’une question de temps à moins que de sérieuses réparations ne soient pas effectuées, surtout en cette période de fortes pluies.

A bout portant

AutoDiff