Publié dans Economie

Journée de la femme rurale - Participation féminine au développement de Madagascar

Publié le dimanche, 15 octobre 2017

 

La journée de la femme rurale est célébrée le 15 octobre. Cette journée internationale de la femme rurale met en évidence le rôle de la gent féminine dans la promotion des activités économiques en milieu rural, notamment en ce qui concerne l'agriculture. Cette mise en évidence du rôle de la femme a surtout comme objectif d'améliorer la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté. Célébrer cette journée, pour la croissance de la situation rurale, implique l'octroi à ces femmes les crédits nécessaires pour leurs activités ainsi que leur donner l'accès aux systèmes d'épargne. Cette journée vise aussi à promouvoir leurs compétences économiques dans le secteur bancaire. Le thème de cette année 2017 pour cette journée est « une agriculture adaptable au climat pour l'égalité des genres et l'émancipation des femmes et des filles rurales. » Madagascar, étant un pays victime du changement climatique, vise à améliorer également la situation des femmes en adoptant des programmes qui œuvrent pour l'égalité des genres.

 

Notre pays se classe à la 37ème place en ce qui concerne la participation de la femme aux activités économiques dans le « Global Gender Gap Index 2014 ». Etant un pays à vocation agricole, Madagascar se doit d'appuyer les femmes dans le milieu rural afin qu'elles puissent accéder aux techniques et ressources agricoles productives. Les femmes malgaches font alors partie des acteurs dans le développement de ce milieu et dans cet élan, celui du pays. Pour ce faire, la Fédération des femmes paysannes de Madagascar s'est associée à l'organisation Entreprendre au féminin océan Indien (Efoi) qui regroupe les femmes entrepreneures de la Grande île. Cette association a été mise sur pied avec l'aide du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), garant d'un développement pour les pays comme le nôtre. Selon les Nations unies, « les femmes sont des puissants catalyseurs de changement qui permettront de relever les défis liés aux changements climatiques. » Ces femmes rurales malgaches ont donc une grande place parmi ceux qui vont aider Madagascar dans l'amélioration de sa situation économique.

Propos recueillis par Andrea Razafi.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff