Publié dans Economie

Produits pharmaceutiques - La nécessité d’une meilleure connaissance pour tout préserver

Publié le jeudi, 12 octobre 2017

Le secteur pharmaceutique est un secteur délicat à Madagascar. En effet, d’un côté, la plupart de la population malgache ne connait pas vraiment les différents types de médicaments et se contente juste d’acheter ce que le médecin lui prescrit. Dans la majorité des cas, les malades ne sont pas vraiment curieux vis-à-vis de leur maladie mais plus particulièrement vis-à-vis des médicaments qu’ils avalent. Ils ne prennent alors presque jamais le temps de lire attentivement la notice incluse dans le médicament, afin de mieux connaitre tous les éléments contenus dans celui-ci et les effets qu’il pourrait avoir sur l’organisme.

D’un autre côté, au niveau des prix, certains médicaments reviennent chers donc certains ménages ont recours au marché noir étant donné que leur pouvoir d’achat n’arrive pas à bout des prix dans les pharmacies. Pourtant, l’achat d’un médicament au marché noir est un vrai danger pour le malade mais aussi pour le secteur concerné. Car déjà, on ignore la vraie provenance de ces médicaments, ensuite, ces derniers peuvent être périmés mais les vendeurs truquent les dates afin de pouvoir les vendre. Enfin, ces différents commerces nuisent véritablement au secteur formel des produits pharmaceutiques. Vu la situation donc, sensibiliser les consommatteurs sur le secteur pharmaceutique est vraiment nécessaire afin préserver les malades mais également afin de faire prospérer le secteur. Mieux connaitre ses médicaments permet de mieux se soigner. A cet effet, dans le cadre du 27ème congrès de la fédération pharmaceutique de l’océna Indien, un salon dédié à la pharmacie sera organisé par l’Association des pharmaciens de Madagascar au début du mois prochain. Un évènement pour faire connaitre les médicaments aux consommatteurs mais également aux professionnels qui en préscrivent à leurs patients. 

 Propos recueillis par  Rova R. 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff