Publié dans Economie

Foire internationale de l’agriculture, agrobusiness-agroalimentaire - Ouverture ce jour

Publié le mercredi, 13 septembre 2017

Enfin, le jour J ! Celui de l’ouverture de la Foire internationale de l’agriculture, agrobusiness-agroalimentaire au parc des expositions « Forello Expo » Tanjombato. Cet événement tant attendu démarre ce jour pour durer jusqu’à dimanche prochain.  Le prestige de la première édition de la Foire internationale de l’agriculture, agribusiness- agroalimentaire (Fia), précède déjà l’événement. Le compte à rebours relatif à la date de la tenue de cette foire, affiché depuis des semaines sur les panneaux publicitaires, dans les journaux et à la télé, constitue un véritable outil de suspens pour le public qui a attendu impatiemment le jour J, c’est-à-dire ce jour.

Sans ambages, cette manifestation qui réunira les acteurs en tous genres du secteur de l’agriculture, allant du simple paysan agriculteur, aux agrobusinessmen, démarrera ce jour sous le signe de la promotion de l’agriculture, à tous les niveaux. Une grande première pour la filière agricole à  Madagascar  Tout en faisant office de véritables états généraux de l’agriculture à Madagascar, cette foire compte mobiliser les organisations paysannes de tout le pays et réussir à intéresser tous les différents intervenants ayant en partage l’ensemble de la chaîne opératoire de l’agriculture, cet évènement sera  sans doute le marqueur d’une volonté nationale de fabriquer de la croissance verte pour le plus grand bénéfice de la population et du développement de Madagascar. Les organisateurs de cet évènement ont comme ambition de se donner  des perspectives rémunératrices pour l’ensemble du monde rural et des agribusinessmen et agrobusinesswomen, opérant et œuvrant pour la perception d’un engagement formulé au plus haut niveau de l’Etat, et aider au référencement de Madagascar sur les marchés internationaux. Du côté des visiteurs, à travers cette foire, ils auront l’opportunité de découvrir le monde de l’élevage, les matériels agricoles, les disponibilités des financements, les outils permettant d’opérationnaliser les infrastructures rurales, l’univers de l’agriculture biologique et bien d’autres domaines encore, le tout à apprécier sous le prisme du capitalisme vert. D’aucuns savent que les grandes nations ont acquis leur niveau à partir de leur puissance agricole, et il est fort envisageable pour Madagascar de devenir une puissance intermédiaire. En effet, doté de terres arables, comme bien peu de pays pourrait s’en prévaloir, Madagascar va gagner à maîtriser les questions liées aux fonciers, probablement que les futures Fia seront, certes, une réponse partielle, mais très utile à la mise en valeur efficiente des terres cultivables. Il est un fait indéniable : ces terres resteront à jamais une propriété de Madagascar et ce, quels que soient ceux ou celles qui les exploiteront.
Rivo S.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff