Publié dans Economie

Atout tourisme Madagascar - Pour former de vrais professionnels

Publié le mardi, 12 septembre 2017

« Atout tourisme Madagascar » fait partie des écoles de formation aux métiers du tourisme et de l’hôtellerie nées dans les années 90, période à laquelle des particuliers ont créé des universités privées afin de remédier au problème de sureffectif d’étudiants bacheliers qui n’ont pas pu intégrer les universités publiques. Cette école supérieure a obtenu son agrément du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, et l’habilitation de celui de l’Enseignement supérieur.


« Atout tourisme Madagascar » propose une menu comportant différents cursus aux nouveaux bacheliers, ainsi qu’à ceux qui comptent poursuivre leurs études jusqu’au master 1, bac+4, et master 2, bac+5. Pour les bacheliers, une formation de 20 mois dans les filières hôtellerie, restauration-bar, arts culinaires et tourisme leur est proposée, en vue de l’obtention du diplôme de technicien supérieur (Dts). A tout cela s’ajoutent 2 mois de stage en vue d’une application pratique des cours, au sein du restaurant et d’un tour opérateur, propriétés d’Atout tourisme Madagascar même. « Sur les 20 mois de scolarité, les étudiants doivent passer par la phase du troc commun, pendant les cinq premiers mois, afin qu’ils puissent se rendre compte que tous les attributions de ces secteurs sont liées entre elles », a expliqué Alain Rajaonah, fondateur et directeur d’Atout tourisme Madagascar, agrégé en écotourisme. Pour la formation visant la « licence professionnelle », bac+3, pour le module appelé « gestion des activités touristiques durables », la durée des études est de 12 mois, avec 2 mois d’incubation en entreprises et un éductour à l’île Ste-Marie, à l’occasion du festival des baleines. Et pour celle sanctionnée par les diplômes de master 1 et de master 2, avec la même durée que la précédente, les formations portent sur le management des activités touristiques durables et  le management des activités hôtelières durables, comprenant 5 mois d’incubation dans des entreprises. Concernant les sortants d’Atout tourisme Madagascar, Alain Rajaonah a fait savoir que la plus grande partie occupe aujourd’hui des postes de dirigeants au sein de grands établissements d’hôtellerie et de restauration sinon de principaux responsables des aires protégées. Concernant le nombre d’étudiants, il a fait savoir que l’effectif par classe est de 26 au maximum. Un effectif réduit par souci du bon déroulement des cours, 
a-t-il expliqué.
Rivo S.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff