Publié dans Economie

« Agriculture climato-intelligente » - Rémédier à la famine avec des méthodes plus réfléchis

Publié le mercredi, 23 août 2017

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle, une conséquence récurente du changement climatique. L’agriculture est la base de l’alimentation. Par conséquent, si elle rencontre des difficultés dans la production, l’alimentation en aura également. Et actuellement, le changement climatique impacte beaucoup sur les récoltes des agriculteurs, surtout avec les variations de température et le manque de pluies.

Des chercheurs ont ainsi essayé de trouver de meilleures alternatives afin d’adapter l’agriculture aux réalités climatologiques actuelles et remédier à l’insécurité alimentaire. Cette transition agricole permettra alors une meilleure lutte contre la malnutrition et la sous-nutrition.
Lancé en 2010, ce nouveau concept prend forme petit à petit. Depuis, forums et conférences s’enchaînent dans le but de répondre au mieux aux besoins de l’agriculture de chaque pays.  L’« agriculture climato-intelligente » a pour objectifs d’augmenter de façon durable la productivité et les revenus des agriculteurs, renforcer la résilience et les capacités d’adaptation des systèmes agricoles et alimentaires au changement climatique, mais également de rechercher des possibilités pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, elle repose sur 3 piliers : la sécurité alimentaire, l’adaptation et l’atténuation. Des piliers qui ne peuvent fonctionner qu’en fonction des initiatives prises par le secteur et les agriculteurs eux-mêmes.
Madagascar s’y met aussi
1,2 million d’individus sont touchés par l’insécurité alimentaire dans le grand Sud. Face à ces chiffres, les entités concernées veulent trouver des initiatives mieux réfléchies afin de mieux lutter contre l’insécurité alimentaire surtout avec le changement climatique qui pèse. Depuis hier, paysans, chercheurs et responsables du développement du milieu rural se sont réunis à Ampandrianomby, afin de discuter de l’application de « l’agriculture climato-intelligente » dans le pays. Pour ce faire, des expositions ont été présentées et des colloques sur différents thèmes tournant autour de l’agriculture et de sa relation avec le climat ont été organisés. Pour aujourd’hui, les participants recevront une formation particulière pour améliorer leur production. Un concours sera même organisé pour choisir le meilleur prestataire qui représentera Madagascar au concours qui se déroulera en Afrique du Sud.
Pour la Grande île, l’ultime objectif est l’application d’une transition agricole répondant aux besoins du peuple malgache.
Rova R.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff