Publié dans Economie

Energies renouvelables - 9 projets financés par la Coi et l'Ue

Publié le mardi, 22 août 2017

« La Commission de l'océan Indien (Coi) est loin d'être un simple forum d'échanges et de discussions mais qu'elle est aussi, et  peut-être  surtout, une organisation qui crée, qui bâtit et qui jette les bases du futur de notre région ». C'est par ces mots que Hamada Madi, secrétaire général de la Coi a entamé son discours à l'occasion du lancement des projets financés à Madagascar, dans le cadre de l'appel à propositions du programme « Ioc-Energies », à l'hôtel Colbert, hier. Une manière pour reconnaître la pertinence de l'initiative de  la Coi à travers son projet Energies, qui a choisi 9 projets ayant en partage la production d'électricité à partir de ressources renouvelables.

Il s'agit ainsi de 9 projets de production d'électricité  à  partir  de ressources  renouvelables et d'efficacité énergétique, sélectionnés sur les 17 retenus par le programme Energie, dans la région indianocéanique. Des projets financés par l'Union européenne (Ue) qui, selon le Sg de la Coi, sont d'une importance majeure pour Madagascar, dans la mesure où ils contribueront au développement social et économique du pays, en augmentant le taux de 15 % de la population qui ont accès à l'électricité.
Ces 9 projets utilisant l'énergie solaire, l'hydraulique, la biomasse avec l'utilisation du jatropha, ou le biogaz en alternance au  bois, ont en partage de permettre à des zones rurales hors réseau, d'accéder à l'électricité et, de ce fait, de constituer des outils indispensables pour le développement. En effet, l'électrification de Madagascar est une priorité absolue, car avec ces outils, c'est tout un écosystème dont la population et les services de base, à savoir les écoles, les centres de santé, les mairies, et les agriculteurs et les entreprises, qui seront gagnants, et il y aura en aval le développement d'activités génératrices de revenus. Des projets en phase avec la conjoncture actuelle, car ils s'inscrivent dans l'esprit de la Conférence de Paris sur les changements climatiques (Cop21).
A titre d'exemple, le Sg de la Coi a cité le projet d'énergie solaire photovoltaïque dans le village d'Ambakivao, Région du Menabe, initié par le projet Energies de la Coi, lequel a envoyé en Inde quatre villageoises pour suivre une formation de technicien solaire. A leur retour au pays, ces quatre femmes auront pour mission d'équiper en électricité  photovoltaïque les 50 premiers ménages de ce village avec un objectif final de 200 ménages,  mais également une maison communautaire, un atelier de maintenance et de réparations.
Il a par ailleurs rappelé que la Coi et l'Ue cofinancent 17 projets de production d'énergies issues de ressources  renouvelables  pour un montant global de 4,6  millions d'euros dont bénéficient d'autres pays, à savoir l'île Maurice et les Comores.
Rivo S.

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff