Publié dans Economie

Zones économiques spéciales - Soumission de la loi à l’Assemblée nationale

Publié le lundi, 27 mars 2017

Adoption de loi. La loi sur les Zones économiques spéciales (Zes) sera soumise à la session ordinaire de l’Assemblée nationale au mois d’avril prochain, sauf changement, d’après les explications de Johary Rajosefa, directeur des services aux investisseurs au sein de l’organisme « Economic Development Board of Madagascar » (Edbm).

Ce projet de loi, établi par un comité technique composé de représentants du secteur privé, de la société civile et de différents acteurs économiques en 2016, « répond aux aspirations d’accroissement aux investissements », comme l’a expliqué Joharu Rajosefa lors d’une conférence sur les Zes, samedi à Tanjombato. Les objectifs étant de proposer aux investisseurs un environnement des affaires véritablement concurrentiel et efficace pour minimiser les différents risques d’investissement, ainsi que de créer des pôles d’attraction des capitaux pour un véritable moteur de croissance. Pour cela, les meilleures pratiques internationales en matière de Zes sont considérées, et une analyse de conformité avec le droit malgache est également menée. Par ailleurs, une consultation élargie a été effectuée. Des mesures incitatives relatives à la douane et aux fiscalités ont également été intégrées.

Economiquement parlant, la loi est basée sur le benchmarking, une technique de marketing ou de gestion de la qualité consistant à étudier et analyser les techniques de gestion afin d’en tirer le meilleur profit. « Elle s’appliquera à tous les investisseurs malagasy et étrangers », a expliqué Johary Rajosefa. L’adoption de cette loi permettra d’instaurer une agence de Zes dans la Grande île. « L’agrément de l’agence Zes va permettre de démarrer les investissements », a justifié le directeur. Les Zes ont été mises en place depuis 2015, mais elles ont été réaménagées suite à des problèmes techniques. « La mise en place des infrastructures nécessite des développeurs, mais aussi des études de faisabilité et des aménagements », a expliqué le responsable. Ces Zes ont ainsi, pour la plupart, été reconsidérées. Les superficies sont rediscutées et mesureront environ 100 hectares, si au départ les responsables pensaient à 50 hectares de surface. Prochainement, une délégation mauricienne est prévue visiter la Zes de Fort-Dauphin. Actuellement, le « Textile City » localisé dans la Zes de Moramanga et l’« Ehoala Park » sis à Fort-Dauphin, sont les projets en cours.
Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Ville de Boriziny (Port-Bergé) - Théâtre d’un cas de rébellion hier après-midi
  • Transports urbains et suburbains - La grève maintenue !
  • Sortie de crise - « Remettons le pouvoir au peuple par les élections » dixit Andry Rajoelina
  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !

La Une

Editorial

  • Où sont-ils ?
    Mesdames et Messieurs les Hauts Conseillers de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) siégeant sur le haut de la colline d’Ambohidahy sont-ils encore là ? Que font-ils ? Seraient-ils en train de somnoler ?  Ici-bas, c’est la cacophonie. Des bruits confus et incongrus se font entendre de partout. Des dirigeants politiques du pouvoir comme l’opposition, des membres de la société civile élèvent tous la voix, parfois, discordante. Vivement l’ « arbitrage » de quelqu’un ou d’une Institution de la République ayant autorité morale ou voix au chapitre et habilitée officiellement à trancher voire taper sur la table. La HCC, car il s’agit d’elle, doit sortir de sa léthargie. Etant la seule autorité censée juger le cas de l’espèce qui tourmente le pays, en ces temps difficiles, elle doit réagir, sans tarder.

A bout portant

AutoDiff