Publié dans Economie

Zones économiques spéciales - Soumission de la loi à l’Assemblée nationale

Publié le lundi, 27 mars 2017

Adoption de loi. La loi sur les Zones économiques spéciales (Zes) sera soumise à la session ordinaire de l’Assemblée nationale au mois d’avril prochain, sauf changement, d’après les explications de Johary Rajosefa, directeur des services aux investisseurs au sein de l’organisme « Economic Development Board of Madagascar » (Edbm).

Ce projet de loi, établi par un comité technique composé de représentants du secteur privé, de la société civile et de différents acteurs économiques en 2016, « répond aux aspirations d’accroissement aux investissements », comme l’a expliqué Joharu Rajosefa lors d’une conférence sur les Zes, samedi à Tanjombato. Les objectifs étant de proposer aux investisseurs un environnement des affaires véritablement concurrentiel et efficace pour minimiser les différents risques d’investissement, ainsi que de créer des pôles d’attraction des capitaux pour un véritable moteur de croissance. Pour cela, les meilleures pratiques internationales en matière de Zes sont considérées, et une analyse de conformité avec le droit malgache est également menée. Par ailleurs, une consultation élargie a été effectuée. Des mesures incitatives relatives à la douane et aux fiscalités ont également été intégrées.

Economiquement parlant, la loi est basée sur le benchmarking, une technique de marketing ou de gestion de la qualité consistant à étudier et analyser les techniques de gestion afin d’en tirer le meilleur profit. « Elle s’appliquera à tous les investisseurs malagasy et étrangers », a expliqué Johary Rajosefa. L’adoption de cette loi permettra d’instaurer une agence de Zes dans la Grande île. « L’agrément de l’agence Zes va permettre de démarrer les investissements », a justifié le directeur. Les Zes ont été mises en place depuis 2015, mais elles ont été réaménagées suite à des problèmes techniques. « La mise en place des infrastructures nécessite des développeurs, mais aussi des études de faisabilité et des aménagements », a expliqué le responsable. Ces Zes ont ainsi, pour la plupart, été reconsidérées. Les superficies sont rediscutées et mesureront environ 100 hectares, si au départ les responsables pensaient à 50 hectares de surface. Prochainement, une délégation mauricienne est prévue visiter la Zes de Fort-Dauphin. Actuellement, le « Textile City » localisé dans la Zes de Moramanga et l’« Ehoala Park » sis à Fort-Dauphin, sont les projets en cours.
Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff