Publié dans Economie

Parlement - Adoption des projets de loi sur les finances

Publié le vendredi, 16 décembre 2016

Les membres du Sénat ont procédé à l’adoption des projets de loi lors des sessions du 15 et 16 décembre derniers à Anosikely. Ces lois concernent la monnaie électronique et son établissement, les statuts de la Banque centrale de Madagascar, le code des marchés publics, les lois de règlement 2013 et 2014.


Ces projets de loi ont été approuvés à l’unanimité par les sénateurs présents après un exposé du rapport des travaux de commission, une séance de commission plénière et une série de questions entre les membres de la Chambre haute et l’équipe du ministère des Finances et du Budget. Dans la plupart des cas, la majorité des projets de loi qui passent au niveau du Parlement ne font pas l’objet d’un grand débat mais juste d’un vote à l’unanimité.


Les services électroniques sont des catalyseurs du développement socio-économique. L’intégration des technologies de l’information et de la communication dans le processus d’affaires a révolutionné les secteurs publics et privés. La mise en œuvre d’une stratégie nationale pour le e-commerce contribuera à rapprocher les producteurs des marchés, à optimiser la logistique commerciale, à promouvoir le commerce des biens et services numériques comme les plateformes de vente de distribution de musique, la sous-traitance en ligne ou en encore le stockage en ligne.


Par ailleurs, à la fin de chaque exercice, la loi de règlement arrête le montant définitif des dépenses et recettes de l’Etat, ainsi que le résultat financier qui en découle. Elle décrit les opérations de trésorerie et ratifie les opérations réglementaires ayant affecté l’exécution du budget. Elle peut comprendre des dispositions sur l’information et le contrôle des finances publiques, la comptabilité et la responsabilité des agents. A Madagascar, la mise à jour des lois de règlement commence à peine.
D.H.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff