Publié dans Economie

Récession économique - Un fonds pour soutenir les entreprises privées

Publié le mercredi, 08 avril 2020


Limiter en tant que possible la répercussion de la pandémie sur l’économie. Le ministre de l’Economie et des Finances et celui de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, en présence du Président de la République, ont rencontré le groupement des entreprises et celui du patronat pour établir un plan de relance économique. Effectivement, il faut préserver les activités du secteur privé afin de garantir l’emploi à la population. Actuellement, les sociétés rencontrent un grand problème de trésorerie. Elles n’ont plus le moyen de payer le salaire de leurs employés. D’autres ont déjà opté pour un congé forcé mais une telle mesure ne sera plus possible puisque le confinement est prolongé.
C’est dans ce contexte que les trois entités se sont réunies afin d’élaborer un plan de mitigation. L’objectif étant de repositionner l’économie nationale. Si d’autres pays ont déjà déboursé des millions de dollars de subvention aux entreprises, nos chefs d’institution prévoient également de soulever des fonds pour le secteur privé. « L’Etat a pour devoir d’appuyer le secteur privé. Si Madagascar n’a pas la puissance des Etats-Unis, de l’Europe ou des pays asiatiques, nous avons la confiance de la communauté internationale. Cette confiance permettra de soulever les fonds nécessaires à la sauvegarde et la relance de l’économie malagasy, suivant le plan de mitigation qui sera finalisé à la fin de ce mois-ci », souligne Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances.
Ce plan de mitigation s’articulera sur deux niveaux. « Il s’agit du plan de sauvegarde pour préserver l’existant et les avancées réalisées ainsi que la maîtrise des impacts. Viendra ensuite le plan de relance pour anticiper dès aujourd’hui les opportunités afin d’établir de nouveaux mécanismes et repositionner Madagascar », déclare Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Un groupe de travail restreint représentant toutes les parties prenantes élabore en ce moment le document.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff