Publié dans Dossier

Programme « Fihariana » - Pour que les jeunes puissent créer leur propre entreprise

Publié le mercredi, 25 décembre 2019

Lancé officiellement le 18 mai dernier au Carlton, Anosy par le Président de la République, Andry Rajoelina, le programme « Fihariana » est le premier programme dédié à la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes mais aussi des femmes, et ce dans tout le pays. « Il faut que nous apprenions à nos jeunes à créer de l’emploi et non à en chercher », a soutenu l’occupant d’Iavoloha pour l’occasion. Effectivement, avec « Fihariana », un fonds de 200 milliards d’ariary sont mis à la disposition des jeunes pour qu’ils puissent concrétiser leurs idées d’entreprise. « Pour créer une entreprise, les obstacles sont nombreux, plus particulièrement dans la recherche de financements. Trouver un garant pour son projet d’entreprise n’est pas chose facile. C’est pourquoi, avec "Fihariana", je me porte garant de chaque entrepreneur pour qu’il puisse obtenir de quoi financer son projet », s’est enthousiasmé le Chef de l’Etat. Ainsi, toute personne entre 18 à 58 ans ayant un projet d’entreprise pourra déposer son dossier auprès des Chambres de Commerce et d’Indutrie dans les différentes Régions de Madagascar.

2 722 projets financés
Depuis le mois de mai jusqu’à aujourd’hui, « Fihariana » a en tout financé près de 2 722 projets sur les 117 375 dossiers en leur possession, d’un montant total de près de 19 milliards d’ariary. Effectivement, près de 16 813 d’entre eux ont été traités par le comité du programme. Le financement le plus élevé est de 199 385 000 ariary contre 400 000 ariary pour le moins élevé.

Les hommes plus intéressés que les femmes
Une question de choix. Bien que le programme « Fihariana » vise la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, la majorité des soumissionnaires de dossiers sont des hommes. Effectivement, selon les statistiques regroupées par l’équipe de « Fihariana » au mois de septembre, 56,34 % des dossiers ont été déposés par des entrepreneurs. « Ces premiers résultats ne doivent pas représenter un frein pour les femmes désirant entreprendre. Les portes de « Fihariana » restent ouvertes pour tous les porteurs de projet. L’objectif reste toujours le même : favoriser le développement de notre économie à travers la création d’entreprises », soutient Valérie Zafindrazaka, secrétaire exécutive du programme « Fihariana » lors d’un échange avec les jeunes entrepreneurs de la Capitale. Sur les répartitions par Province, le record de dépôts est détenu par Antananarivo, suivi de Toliara ainsi que de Toamasina et de Fianarantsoa.

Une tournée régionale
Depuis le lancement dudit programme, l’équipe de « Fihariana » et le Président de la République effectuent des tournées à travers les différentes Régions du pays. Il tient en effet à montrer son soutien aux jeunes, et ce, dans tout le pays.
Trois projets financés à Mahajanga…

L’équipe du programme national de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, « Fihariana » avec le Président de la République Andry Rajoelina, ont procédé à la remise des premiers financements aux entrepreneurs de la Région de Boeny, à Mahanjanga, au début du mois d’octobre. Trois entrepreneurs ont ainsi respectivement reçu leur dû. « Depuis le 15 mai dernier, plus de 9 500 entrepreneurs ont déposé leur dossier auprès de nos bureaux. 4 300 dossiers ont déjà été traités. Et les projets de ces 3 entrepreneurs y figurent. Ces gens ont réussi à obtenir le prêt parce que leurs projets ont répondu en long et en large aux critères de sélection du programme, mais aussi ceux des institutions financières », a précisé la secrétaire exécutive du programme « Fihariana » durant la cérémonie de remise des chèques. Ces projets proviennent de différents secteurs, à savoir l’industrie sucrière, la fabrication de craies et la production de « trondro maina » destinés à l’exportation.

Un centre de formation pour Antsirabe…
Un investissement sur le long terme. Le Président de la République, Andry Rajoelina a procédé à l’inauguration du Centre d’appui professionnel « Ivohary » à Antsirabe, le 19 octobre.  Ouvert aux bénéficiaires du programme « Fihariana », ce centre formera surtout les jeunes dans le but de faciliter leur insertion professionnelle dans le monde entrepreneurial, mais aussi pour renflouer la rentabilité de leurs projets respectifs. « La mise en place de ce centre a surtout pour objectif d’inciter nos jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat. C’est pourquoi, après la région de Vakinankaratra, le centre « Ivohary » sera dupliqué dans tout Madagascar afin d’accompagner nos jeunes dans leur développement professionnel.  Les formations à court terme seront ainsi multipliées pour accélérer la rentabilité, surtout dans le secteur agricole », a annoncé le Chef de l’Etat durant cette inauguration. D’une durée moyenne de six mois, les formations seront renforcées par des appuis matériels mais aussi techniques et financiers.

Effectivement, à travers la réception des différents dossiers dans les différentes Régions du pays, l’équipe de « Fihariana » s’est rendue compte que le manque d’expériences constitue un frein majeur pour les jeunes porteurs de projets très prometteurs. De ce fait, ils finissent par avoir du mal à intégrer le monde du travail.

Un appui de la part des banques
La BNI Madagascar et la BOA Madagascar se sont toutes les deux engagées pour soutenir le programme « Fihariana » depuis le début. La SONAPAR a ainsi débloqué respectivement pour les deux institutions financières 80 milliards et 120 milliards d’ariary.

Une collaboration avec l’OIT
600 jeunes en formation sur tout le territoire. Le programme « Fihariana » a signé une convention de collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT), le 14 novembre, au Palais d’Ambohitsirohitra. Cette collaboration visera à former près de 600 jeunes sur tout le territoire malagasy. Les programmes de formation seront élaborés par l’OIT. Cette organisation fournira également les formateurs. « Nous souhaitons mettre notre expertise internationale au service du développement de l’entrepreneuriat à Madagascar. Avec notre large domaine de compétences, allant du leadership à l’approche HIMO dans les secteurs de l’éducation ou du milieu urbain, nous formerons donc les jeunes à créer et à mieux gérer leurs entreprises. Les filières concernées seront surtout l’agriculture, l’élevage, l’économie bleue mais aussi les industries de transformation et de service », a soutenu le représentant pays du Bureau international du travail à Madagascar.

En tout cas, le programme compte bien s’étendre à travers tout le pays pour l’année prochaine. Et l’accès au service du programme sera toujours gratuit.

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff