Publié dans Dossier

Ecole de management et d’innovation technologique de Fianarantsoa - Tous les diplômés en informatique systématiquement embauchés

Publié le dimanche, 11 août 2019

Depuis sa création, l’Ecole de management et d’innovation technologique (EMIT) de l’université de Fianarantsoa a sorti des centaines d’étudiants. De 2013 à 2016, 370 jeunes universitaires ont décroché leur diplôme de master dont 51 ont été des sortants de la filière informatique. Selon le Docteur Rakotonirainy Hasina, responsable de la mention informatique  au sein de l’EMIT, tous leurs étudiants qui finissent le cursus universitaire avec ce diplôme en poche sont systématiquement embauchés. « Au cours des stages qui débutent vers la deuxième année universitaire, ces futurs ingénieurs sont déjà repérés par des entreprises et ceux qui disposent les compétences requises y sont intégrés au terme de leurs études », explique-t-il. Le nombre de ces diplômés qui occupent déjà des postes au sein des entreprises ou œuvrant dans la profession libérale ne cesse d’augmenter.
Dans le cadre de la célébration de ses 20 ans d’existence, l’EMIT a remis des diplômes de master en informatique à 42 autres étudiants. A cela s’ajoutent les 10 autres ayant choisi la filière management décisionnel. Toutefois, les étudiants ayant fini les trois années de licence ne sont pas intéressés à intégrer tout de suite le monde professionnel. « Outre la question relative au projet de recherche, ils tiennent beaucoup compte de la grille salariale et préfèrent poursuivre jusqu’en Master II pour remplir toutes les conditions nécessaires », ajoute le Docteur Hasina Rakotonirainy. « Je projette de monter un projet combinant le domaine informatique et la médecine. Il s’agit d’une simulation du cerveau humain à partir d’un ordinateur tout en se servant de l’intelligence artificielle. Pour y parvenir, je décide de poursuivre mes études jusqu’en cinquième année. Et pour que je puisse garantir ma réussite, j’ai également envie d’intégrer une école doctorale », précise Andriamanday, étudiant en Master I dans la filière informatique. Pour cette école supérieure d’Andrainjato, 80 étudiants ont reçu vendredi dernier l’imprimé qui justifie leur fin d’études en Management, 38 autres  pour la filière Relations publiques et multimédia. 55 autres étudiants en informatique en ont également obtenu.


K.R.
EMIT, 20 ans !
1999-2019. l’EMIT célèbre cette année son 20ème anniversaire. Ce centre de formation continue, fondé en 1999 avec sa dizaine d’étudiants, s’est évolué peu à peu. En 2005, il s’est transformé en Centre universitaire de formation professionnalisante ou CUFP. Etant reconnu par sa capacité à s’ouvrir au monde et à offrir à ces étudiants des formations de haut niveau, l’établissement s’est vite développé et est devenu en 2016 la grande Ecole de management et d’innovation technologique (EMIT) avec plus de 1 500 étudiants. L’ouverture  officielle de cette célébration s’est tenue vendredi dernier au Kianjan’ny serasera et LMD au sein du campus universitaire d’Andrainjato. L’évènement a été marqué par la cérémonie de sortie des trois promotions « Filamatra » pour la filière informatique, « Mamiratra » pour le management et « Santatra » pour les relations publiques et le multimédia. Des festivités et d’échanges s’y rapportant ont été également organisés la semaine dernière. Parmi ces activités, on peut mentionner le concours de meilleurs projets dans les différents parcours de formation, l’exposition des différentes mentions existantes, ainsi que les résultats de recherche et réalisations des étudiants - entre autres des startups dont l’ITDC et Be-Miray Consulting.
Des étudiants productifs au sein de l’EMIT
Be-Miray Consulting constitue l’une des start-up  devenue une entreprise offrant des prestations de service en management d’entreprise avec l’innovation technologique, à savoir le multimédia et l’informatique. «  Nous appuyons les étudiants, les associations et entreprises disposant des projets. Notre rôle consiste à effectuer des études et analyses de  faisabilité. A cela s’ajoute l’externalisation du service de gestion comportant la comptabilité et la gestion fiscale », raconte Mialitiana, étudiante en Master II en management et gérante de la start-up Be-Miray Consulting. D’après ses explications, cette entreprise, née avec l’appui de l’EMIT entre autres, contribue également à la création d’entreprises à travers les démarches administratives. « Nous manœuvrons avec les porteurs de projet et ceux du secteur informel à entrer dans une structure légale. Cette étape obstrue effectivement les projets des nouveaux entrepreneurs de Fianarantsoa », poursuit-elle. Actuellement, dans le cadre de la célébration des dix ans du programme d’employabilité des jeunes, géré par SOS Village d’enfants et DHL Madagascar, baptisé « Go teach », Be-Miray Consulting contribue à l’étude et l’analyse des projets des lycéens pour qu’ils puissent s’y lancer une fois leurs études terminées.
Un modèle pédagogique qui lui a valu une reconnaissance nationale et internationale
  « Information of technology and development consulting Madagascar » (ITDC Mada) est une entreprise fondée par Razafinimaro Toky Arisetra, Hery Antenaina Paul Franck, Rakotovao Luc Arnaud et Rakotoarison Tsiorinantenaina, tous des diplômés de l’EMIT. Il s’agit de la première société en informatique basée à Fianarantsoa et qui se spécialise dans la création de sites Internet, applications mobiles voire spécifiques, la collecte et l’analyse des données, SIG et cartographie numérique. Depuis 2017, le début d’un long succès de production, les quatre étudiants ont créé le site web de l’EMIT de l’université de Fianarantsoa. Ils ont été responsables de la gestion informatique des frais de scolarité et des notes en fonction du système LMD de ladite école. Et  actuellement, ils projettent de mettre en place un système de reconnaissance d’empreinte digitale pour justifier la présence en cours. Plusieurs organismes internationaux et nationaux ont déjà conclu des contrats avec ces intellos de l’EMIT. L’on peut citer l’Institut de recherche pour le développement (IRD), le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le
développement (CIRAD), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le ministère de l’Education nationale (MEN), le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC).

Fil infos

  • Trésor public malagasy - L’ancien DG emporté par l’affaire Audi A6
  • Violences basées sur le genre - L’avenir des victimes entre les mains des députés
  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !

La Une

Editorial

  • Rapprochement inédit
    Des fois, par le hasard de circonstance, le calendrier arrange bien les choses. Les antipodes se rapprochent. Les idées se conjuguent. Bref, les forces s’unissent. Les assises de consultation  nationale relative aux Iles malagasy (Iles Eparses) du lundi 9 et du mardi 10 se sont terminées hier avec la remise en mains propres au Chef de l’Etat Rajoelina des résolutions. Tous les observateurs y compris l’ensemble des participants ont d’un commun accord affirmé que l’objectif mis en avant est atteint. Le Gouvernement a gagné son pari et le Président de la République  a réussi à fédérer les Malagasy, du moins les patriotes, autour d’un sujet très sensible à savoir la défense de la souveraineté nationale. Tout le monde s’accorde à dire que les Iles Malagasy appartiennent aux Malagasy. Elles font partie du territoire sacré légué par nos ancêtres « Tanindrazantsika ». Désormais, Rajoelina Andry ne sera plus seul dans cette bataille qui…

A bout portant

AutoDiff