Publié dans Dossier

Echanges commerciaux - Tanger Med, une référence en Afrique

Publié le mercredi, 10 juillet 2019

7 milliards d’euros. Tel est le volume de produits exportés via le port de Tanger Med, aux horizons de l’année 2018. Et le 28 juin dernier, cette infrastructure d’envergure a encore repoussé ses limites avec l’inauguration de la nouvelle extension, Tanger Med 2. Ce qui le place aujourd’hui au rang du plus grand port de la Méditerranée mais aussi du continent africain. Un réel modèle à dupliquer pour booster toute l’économie africaine.
En 2003, à l’extrême nord de l’Afrique, sur les côtes marocaines et aux portes de Gibraltar ainsi que de l’Espagne, l’actuel port de Tanger Med n’était qu’un simple port de petits pêcheurs. Une plage toute simple ornée de sable blanc, au bout des grandes lignées de montagnes de la région où l’on pouvait retrouver les bateaux de pêcheurs accoster sur la rive. Toutefois, le Roi Mohammed VI a perçu le grand potentiel stratégique de cette zone, plus particulièrement en termes d’échanges commerciales. C’est pourquoi, la même année, avec une équipe de professionnels, il a initié la construction d’un port de grande envergure répondant aux normes internationales et aux besoins du marché. « Et ce n’était pas seulement un port, une zone industrielle de 16 000 hectares est venue se rattacher au projet pour encourager la venue des investisseurs dans la région », précise le directeur du port de Tanger Med, lors de la journée portes ouvertes du port à tous les membres de la presse en provenance du monde entier.


Tout un avantage

Au bout de quatre années, Tanger Med est vite sur pied. Et les investisseurs ont vite afflué comme le grand constructeur automobile Renault, les leaders de la logistique mais aussi du secteur textile à l’exemple d’Adidas. « En tout, le port a généré plus de 7 milliards de recettes en termes d’exportations industrielles, issues de différents secteurs répartis sur 900 entreprises. Avec le guichet unique, le port de Tanger Med forme un tout. Et nous essayons d’offrir les meilleures des conditions en améliorant les autres facteurs de compétitivité en dehors du coût de la main d’œuvre pour favoriser les investissements dans la région », soutient Hassan Akbari, directeur adjoint du port de Tanger Med. Et Julianne M. Furman, directeur général d’Exco en Europe, une entreprise spécialisée dans le design intérieur de l’automobile, est venue confirmer cette version : « Effectivement, les avantages classiques, fiscaux mais aussi fonciers, font partie des raisons de notre implantation à Madagascar. Mais en dehors de cela, nous prenons également en compte la stabilité de la monnaie et la facilitation des échanges commerciaux, sans oublier l’investissement de la population locale dans le travail. Tout cela nous a permis à ce jour d’augmenter nos ressources humaines de 50 à 2 100 collaborateurs en même temps que nos recettes ».
Grandes perspectives

Le Maroc a aujourd’hui su exploiter sa localisation stratégique et le mettre en avant dans le but de faire évoluer son économie. Constituant un réel succès pour l’économie du pays, l’extension du port a donc été décidée. Tanger Med 2 est alors la troisième phase de développement du complexe portuaire de Tanger Med, aux côtés de Tanger Med 1 et le port Passagers et Rouliers. En tout cas, les investisseurs restent fidèles à l’exemple du leader mondial Maersk PAM qui développera au port Tanger Med 2 le terminal à conteneurs TC4. Avec ce nouveau port, la capacité du port a triplé, en passant ainsi de 3 millions à 9 millions de conteneurs. Et les installations sont toutes automatisées. « Désormais, étant en contact avec plus de 186 ports dans 77 pays sur les cinq continents, nous voulons renforcer notre position en tant que hub de référence dans la région pour les flux logistiques et le commerce international. Un pas vers l’intégration dans les 20 premières plateformes à l’échelle mondiale », s’enthousiasme le directeur adjoint. Afin de poursuivre sa dynamique, Tanger Med entend même mettre en place un nouveau programme d’investissements de 900 millions d’euros, à l’horizon 2025. Outre cela, l’installation d’un nouveau port aux alentours de la région est également en cours d’étude.
Partage d’expériences

Après l’inauguration de cette nouvelle extension, l’administrateur du port, le Tanger Med Special Agency, a ouvert ses portes aux membres de la presse de tout horizon, d’Est en Ouest, et du Nord au Sud. Effectivement, avec une infrastructure de cette envergure, la communication doit être de taille. Toutefois, c’est aussi une occasion pour les Marocains de partager ses expériences et son expertise en matière d’infrastructures portuaires. Après l’inauguration des infrastructures, les visites ont commencé à s’enchaîner. Pour la délégation malagasy, la visite s’est faite la semaine dernière. La visite a commencé par des rencontres avec les membres de la Direction du port, ainsi que des opérateurs au sein du parc industriel. Pour ensuite enchaîner par la visite des lieux, la presse malagasy a notamment pu découvrir le port dans son ensemble, mais surtout le parc de Renault avec des milliers d’automobiles prêts à l’exportation.
Pour Madagascar, le Maroc entend bien l’accompagner dans le développement de ses infrastructures. « Toutefois, nous sommes encore en cours de négociation, donc nous ne pouvons pas dévoiler les détails pour le moment. Mais nous sommes sur la bonne voie », maintient le directeur du port. En tout cas, le modèle de Tanger Med peut être dupliqué dans tout le pays.  

Fil infos

  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA
  • « Manina anao ‘nge aho » - Un titre de Dadah Rabel à ressusciter
  • Secteur de l’artisanat - Une carte professionnelle numérique pour les artisans
  • Débat sur les communales à Tana - Naina Andriantsitohaina gagne des points

Editorial

  • Maudits délestages !
    Les coupures d’eau et d’électricité reviennent au galop. Supposées être disparues dans les travées de la vie quotidienne des Malagasy, elles réapparaissent. Tel un oiseau de mauvais augure, les coupures intempestives ne présagent, en rien, un avenir meilleur et elles continuent de sévir durement. Décidément, les délestages s’acharnent sur nous, aveuglément et sans distinction, et créent des vagues de révolte. A l’allure où vont les choses, le risque d’explosion sociale est à craindre. Les souvenirs douloureux des périodes sombres du régime HVM hantent les esprits. Les pauvres usagers n’en peuvent plus. On aurait l’impression que le courroux des dieux s’abat sur le pays.

A bout portant

AutoDiff