Publié dans Dossier

Une journée avec les pompiers - Du secourisme… et de belles aventures

Publié le vendredi, 22 février 2019

 La caserne des pompiers Tsaralalàna possède un programme journalier presque parfait. Il n’y a pas de gens plus ordonnés que les sapeurs-pompiers. Et dans cet article, on peut l’affirmer. Ces soldats du feu œuvrent de jour comme de nuit pour assurer leurs responsabilités envers les concitoyens. En  dehors des interventions de service, notamment les actions de sauvetage, ils mènent une toute autre vie semblable à celle des apprentis des écoles supérieures, des élèves d’école primaire et des adultes responsables. Leur calendrier journalier est bien défini à l’avance et doit être suivi à la lettre. Ceci comprend diverses activités obligatoires dont le regroupement matinal, la vérification de tous les matériels, le divertissement dans la salle de sports et dans la salle de lecture. 

 

Pour Antananarivo, le nombre des sapeurs-pompiers est de 156 au total. Evidemment, ils ont un problème au niveau des effectifs. Au lieu d’un soldat du feu pour 800 habitants, un pompier s’occupe de 1 500 personnes. Malgré cette situation, nos héros continuent d’honorer d’assumer leur responsabilité. POM3245KR (12)

7 officiers assurent le fonctionnement de la caserne de Tsaralalàna avec quatre sections différentes. Il s’agit de la section de commandement comprenant les employés administratifs dont les informaticiens et les médecins. A cela s’ajoute la section « Descendant » travaillant 24h/24h (de 7h 30 jusqu’à 9h le lendemain) et disposant d’un repos de 24 heures. Vient ensuite la section « Corvée » qui a effectué un service de nuit et devrait œuvrer pendant une demi-journée à abattre les arbres présentant du danger à la population. Enfin, il existe également la section « Montant » qui reprend du service après la pause. 

Au niveau de cet établissement, quand l’alarme spécifique à chaque situation sonne, le chef de section se dépêche au centre de traitement d’alerte pour recueillir toutes les informations. Quant à ses subordonnés, ils rejoignent leurs attributions respectives. 

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff