Publié dans Dossier

Dossier fête des Mères - Ces Mamans... exceptionnelles

Publié le vendredi, 25 mai 2018

Les enfants constituent les richesses de leurs parents. Particulièrement pour les mères, elles s’estiment heureuses d’être spéciales aux yeux de leurs descendants. A travers ce dossier, la vie des mamans reflète un parcours du combattant qui ne s’arrête jamais. L’histoire des femmes battantes et activistes prêtes à surpasser les difficultés de la vie témoigne ce propos. Le Village d’enfants figure parmi les centres démontrant que le travail d’une mère ne se limite pas à une seule tâche. Elle peut être à la fois une éducatrice, une amie, une confidente.  Certaines d’entre elles œuvrant dans différents milieux s’inspirent également de leur situation familiale pour  monter des projets professionnels. Et il existe également une mère, élément des Forces de l’ordre, qui doit être en temps réel toujours au service de l’Etat.  

Rasamimanana Edmondine Yvette

Son amour pour les enfants l’a encouragé à avancer

 Rasamimanana Edmondine Yvette est la mère de deux enfants de 22 et 11 ans. Elle est éducatrice, depuis 23 ans, au sein de l’Organisation Sos Village d’Enfant. Pour Edmondine, le soutient de son époux et son amour pour les enfants l’a encouragés de perdurer à ce travail jusqu’à  maintenant. «  Ces enfants  font face à des grands difficultés dans la vie. Ils sont des orphelins ou issus des familles défavorisée », raconte t-elle. Elle enseigne des enfants de 3 à 6ans. 

Pour cette mère de famille, être une éducatrice est différent des enseignants. « Même si on partage le même objectif qui est de former un citoyen responsable et autonome, être une éducatrice est une tâche difficile. Le Sos village d’enfant accueille des orphelins ou issus des familles défavorisées. En plus de les enseigner les bonnes manières, éduquer ces enfants pour avoir un meilleur avenir est un autre défi pour nous », avance t-elle. Le travail commence par l’éveil des enfants, la stimulation des sens, le civisme, le savoir- faire et savoir-vivre. Durant ces 23 ans, elle a pu former 600 enfants. « Ce travail m’inspire sur la façon d’élever mes enfants, à travers les formations que nous avons reçu à l’Organisation, en plus des expériences », continue t-elle.  

 Pour pourvoir effectuer son travail dans la tranquillité, Edmondine se réveille à 5 heures du matin. Avant de quitter  sa maison, elle fait les ménages et prépare ses enfants pour l’école. Puis, elle rentre au bureau.

Anatra R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff