Publié dans Dossier

Région de Betsiboka - L’insécurité demeure un problème majeur

Publié le lundi, 11 décembre 2017

Les habitants de la Région de Betsiboka ne sont pas épargnés par les « dahalo ». Les rapports de la Gendarmerie indiquent fréquemment des cas de pillage au niveau des Districts de Kandreho, Maevatanàna, Tsaratanàna, compris dans cette région. Ce sont notamment des attaques liées à des vols de bovidés.  Pourtant, des opérations « anti-dahalo » y sont menées régulièrement mais cela n’empêchent pas les malfaiteurs de sévir. En plus des Forces de l’ordre, les simples citoyens réagissent également et participent à la lutte pour le retour de la sécurité, notamment rurale.  On peut citer les « Fokonolona », les quartiers mobiles,  les jeunes garçons étant formés par des soldats et tant d’autres encore. Les résultats de ces opérations sont à chaque fois déterminants, mais le combat est loin d’être terminé.

 

Maevatanàna

Les « dahalo » sont aussi armés que les gendarmes

Un obstacle au développement local. Les activités principales des habitants de Maevatanàna sont axées sur l’exploitation aurifère et l’agriculture. Or, à cause de l’insécurité, ils ne peuvent pas s’exercer librement dans un environnement paisible. En effet, les « dahalo », sans aucune crainte, opèrent jour comme de nuit. Outre dans les villages, ils détroussent même leurs proies dans leur lieu de travail, notamment dans la zone des champs agricoles et aurifères. Pourtant, Maevatanàna dispose des éléments de la Gendarmerie pour assurer la sécurité. Toutefois, ils sont moins forts par rapport aux « dahalo ». De plus, ces derniers sont munis d’armes sophistiquées comparables à celles de la Gendarmerie dont des fusils. « Au cours des attaques, 6 gendarmes doivent se confronter à une vingtaine de voleurs. De ce fait, le nombre de blessés augmente à chaque intervention. Récemment, un gendarme a même perdu la vie lors d’un affrontement en assurant la sécurité des habitants », a déclaré Rasoarimalala Georgette, députée élue de Maevatanàna. Selon elle, les autorités locales déploient tous les  moyens en mettant à disposition d’autres individus avec des véhicules en surplus pour renforcer les équipes de la Gendarmerie. 

En outre, dans cette localité, les bandits de grand chemin préviennent les habitants quelques jours avant leur arrivée.  « Par le biais d’une lettre, les victimes sont prévenues. Or, les bandits dérobent, abattent des gens, démolissent et brûlent la maison en ne laissant rien derrière eux », poursuit-elle.  Rien que pour la semaine dernière, deux « Fokontany » qui sont Ambalatevana et Tsarahonenana ont été victimes. Des bœufs ont été volés sur la route après que les « dahalo » ont mis un barrage.

District de Tsaratanàna

Les rôles du Tribunal et du Commandement de la gendarmerie posent problème

Quand il s’agit d’insécurité, ce sont notamment les Districts de Maevatanàna et de Tsaratanàna issus de la Région de Bestiboka qui sont énoncés. En effet, on y entend régulièrement des attaques perpétrées par une bande de malfaiteurs. Malgré les opérations menées au niveau de ces deux localités, l’insécurité persiste. Principalement pour le District de Tsaratanàna, le problème se pose sur les rôles du Tribunal de première instance. A cela s’ajoute le problème au niveau du Commandement de la gendarmerie. En effet, le Commandement de Tsaratanàna, au lieu d’être assuré par le groupement de Betsiboka, est sous le contrôle de celui d’Alaotra-Mangoro, indique Razafipiera Herimalala, chef de Région de Betsiboka. Quant au Tribunal, la juridiction de la partie Sud est sous la direction du Tribunal d’Ambatondrazaka, tandis que les affaires se déroulant du côté Nord sont renvoyées à Mahajanga. Pourtant, Maevatanàna dispose d’un Tribunal de première instance apte à traiter divers dossiers.

En outre, on a constaté dernièrement un retour de la sécurité qui est devenue assez satisfaisante dans ces lieux classés « zones rouges ».  « Une diminution de 75 %  d’actes de banditisme a été remarquée », continue le chef de Région. Cela résulte de la mobilisation des « Fokonolona », du suivi du « Dina » ainsi que de l’arrivée des renforts en provenance de la Capitale. Par ailleurs, il est à noter que le District de Kandreho demeure un endroit où la sécurité prend place actuellement. De 2013 à 2016, aucun cas de banditisme n’a été enregistré. Pour cette année, la Gendarmerie a été confrontée à trois cas d’actes perpétrés par des malfaiteurs.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff