Publié dans Dossier

Rentrée scolaire - Un budget de 150 000 ariary par enfant

Publié le vendredi, 29 septembre 2017

La période la plus difficile pour les parents d’élèves. Après les grandes vacances, la rentrée scolaire reste ardue pour la majorité des parents, avec les sommes colossales déboursées pour les divers frais d’inscription/ réinscription de leurs enfants jusqu’à l’achat des fournitures scolaires. A cela s’ajoute le budget alloué pour les tenues et habillements, indispensables pour la rentrée. Au total, un parent débourse en moyenne 150 000 ariary par enfant pour sa scolarité mais ce chiffre pouvant atteindre jusqu’à 300 000 ariary, selon l’exigence et le niveau (primaire-collège-lycée).
Outre le budget conséquent, la plupart des parents ont doublé de prudence depuis les grandes vacances, notamment suite à la sortie d’une liste provisoire des 108 écoles œuvrant dans l’illégalité dans tout Madagascar. Alors que la plupart de ces établissements mis en garde se sont dépêchés de régulariser leur situation, les parents se sont renseignés non seulement auprès des établissements  mais aussi au niveau des Zap, Cisco et Dren avant d’inscrire ou réinscrire leurs enfants. Du coup, bon nombre d’établissements enregistrent un retard de réinscription.
Pour sa part, le ministère de l’Education nationale (Men) avance dans la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’Education (Pse). Celui-ci commence dès cette année, avec une phase transitoire qui s’étalera sur 4 ans. Pour sa première année de transition, certains contenus du programme scolaire ou encore le changement du calendrier scolaire constituent les principaux impacts. Ainsi, les examens officiels n’auront lieu qu’à fin juillet jusqu’en septembre. 


La réinscription revient à plus de 600 000 ariary
Une mère de famille témoigne qu’elle a déboursé plus de 600 000 Ariary pour la réinscription de ses deux filles respectivement en classe de première et de sixième dans une école privée catholique. « La réinscription de mes filles a coûté 380 000 Ariary », affirme-t-elle. Elle a également ajouté que « en plus, l’aînée a dû faire des cours de rattrapage parce qu’elle a eu des mauvaises notes en mathématiques et en physique-chimie donc j’ai payé la somme de 6 000 ariary en plus ». Quant aux fournitures, elle a acheté 3 paquets de cahiers 100 pages à 28 500 ariary, 5 paquets de 200 pages à 35 000 ariary et 6 cahiers de
50 pages à 3 600 ariary, tous de petits formats. Au niveau des accessoires comme les stylos, les crayons de couleur, les feutres et autres, la mère a choisi des fournitures de marques pour que ses enfants puissent bénéficier du meilleur. De ce fait, les dépenses sont un peu plus élevées. Par conséquent, plus les enfants sont nombreux, plus le budget est lourd.
Des marques imposées aux parents
Eduquer revient de plus en plus cher chaque année. Les parents se plaignent de la cherté de la vie mais également des écoles qui deviennent de plus en plus imposantes quant aux marques des fournitures scolaires requises. En effet, aujourd’hui, les marques sont notées dans la liste des fournitures scolaires, plus particulièrement au niveau des écoles privées d’expression française. Selon le témoignage d’une mère de famille, ces marques sont vraiment devenues une injonction. 
« J’ai cru que les marques inscrites dans la liste n’étaient pas obligatoires, affirme-t-elle, donc j’ai juste acheté des feutres pour ma fille. Les responsables les ont ensuite renvoyés soi-disant qu’ils ne correspondent  pas à ce qu’ils ont demandé. Donc j’ai dû racheter de nouveaux feutres à ma fille ». Pourtant, ces fournitures de marque coûtent plus cher, ce qui augmente les dépenses des jeunes parents. 
Fournitures scolaires : Comment reconnaitre les contrefaçons ?
Les produits contrefaits affluent sur le marché. Ils copient les plus grandes marques, ce qui fait que certains parents sont perdus. En effet, ils croient acheter des produits de marque vu que c’est écrit dessus alors qu’e vrai ce sont des contre-façons. Pour éviter de se faire avoir donc, il faut en premier bien choisir les revendeurs auxquels on achète les fournitures. Afin d’acheter des marques authentiques, il faut alors s’adresser à des vendeurs et aux boutiques agréés. D’un autre côté, il faut également connaitre le produit pour éviter de se faire dupé. La reconnaissance de ces produits peut également se faire à travers des vérifications méticuleuses. Pour ce faire, il faut donc comparer sur plusieurs vendeurs pour bien voir les défauts des produitsmais également ses qualités et les vérifier avant de les acheter. Les copies se reconnaissent également à leur prix. Ces produits reviennent toujours moins chers que les marques originales. Donc, il faut éviter d’être attiré par des produits à prix réduits parce que derrière cette réduction, il y a toujours quelque chose qui ne va pas, plus particulièrement au niveau de la qualité. Il faut aussi éviter d’avoir peur des grands magasins parce que les prix des produits qui s’y vendent ne sont pas toujours exhorbitants. Au contraire, ils peuvent vous surprendre.
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff