Publié dans Dossier

Rentrée scolaire - Un budget de 150 000 ariary par enfant

Publié le vendredi, 29 septembre 2017

La période la plus difficile pour les parents d’élèves. Après les grandes vacances, la rentrée scolaire reste ardue pour la majorité des parents, avec les sommes colossales déboursées pour les divers frais d’inscription/ réinscription de leurs enfants jusqu’à l’achat des fournitures scolaires. A cela s’ajoute le budget alloué pour les tenues et habillements, indispensables pour la rentrée. Au total, un parent débourse en moyenne 150 000 ariary par enfant pour sa scolarité mais ce chiffre pouvant atteindre jusqu’à 300 000 ariary, selon l’exigence et le niveau (primaire-collège-lycée).
Outre le budget conséquent, la plupart des parents ont doublé de prudence depuis les grandes vacances, notamment suite à la sortie d’une liste provisoire des 108 écoles œuvrant dans l’illégalité dans tout Madagascar. Alors que la plupart de ces établissements mis en garde se sont dépêchés de régulariser leur situation, les parents se sont renseignés non seulement auprès des établissements  mais aussi au niveau des Zap, Cisco et Dren avant d’inscrire ou réinscrire leurs enfants. Du coup, bon nombre d’établissements enregistrent un retard de réinscription.
Pour sa part, le ministère de l’Education nationale (Men) avance dans la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’Education (Pse). Celui-ci commence dès cette année, avec une phase transitoire qui s’étalera sur 4 ans. Pour sa première année de transition, certains contenus du programme scolaire ou encore le changement du calendrier scolaire constituent les principaux impacts. Ainsi, les examens officiels n’auront lieu qu’à fin juillet jusqu’en septembre. 


La réinscription revient à plus de 600 000 ariary
Une mère de famille témoigne qu’elle a déboursé plus de 600 000 Ariary pour la réinscription de ses deux filles respectivement en classe de première et de sixième dans une école privée catholique. « La réinscription de mes filles a coûté 380 000 Ariary », affirme-t-elle. Elle a également ajouté que « en plus, l’aînée a dû faire des cours de rattrapage parce qu’elle a eu des mauvaises notes en mathématiques et en physique-chimie donc j’ai payé la somme de 6 000 ariary en plus ». Quant aux fournitures, elle a acheté 3 paquets de cahiers 100 pages à 28 500 ariary, 5 paquets de 200 pages à 35 000 ariary et 6 cahiers de
50 pages à 3 600 ariary, tous de petits formats. Au niveau des accessoires comme les stylos, les crayons de couleur, les feutres et autres, la mère a choisi des fournitures de marques pour que ses enfants puissent bénéficier du meilleur. De ce fait, les dépenses sont un peu plus élevées. Par conséquent, plus les enfants sont nombreux, plus le budget est lourd.
Des marques imposées aux parents
Eduquer revient de plus en plus cher chaque année. Les parents se plaignent de la cherté de la vie mais également des écoles qui deviennent de plus en plus imposantes quant aux marques des fournitures scolaires requises. En effet, aujourd’hui, les marques sont notées dans la liste des fournitures scolaires, plus particulièrement au niveau des écoles privées d’expression française. Selon le témoignage d’une mère de famille, ces marques sont vraiment devenues une injonction. 
« J’ai cru que les marques inscrites dans la liste n’étaient pas obligatoires, affirme-t-elle, donc j’ai juste acheté des feutres pour ma fille. Les responsables les ont ensuite renvoyés soi-disant qu’ils ne correspondent  pas à ce qu’ils ont demandé. Donc j’ai dû racheter de nouveaux feutres à ma fille ». Pourtant, ces fournitures de marque coûtent plus cher, ce qui augmente les dépenses des jeunes parents. 
Fournitures scolaires : Comment reconnaitre les contrefaçons ?
Les produits contrefaits affluent sur le marché. Ils copient les plus grandes marques, ce qui fait que certains parents sont perdus. En effet, ils croient acheter des produits de marque vu que c’est écrit dessus alors qu’e vrai ce sont des contre-façons. Pour éviter de se faire avoir donc, il faut en premier bien choisir les revendeurs auxquels on achète les fournitures. Afin d’acheter des marques authentiques, il faut alors s’adresser à des vendeurs et aux boutiques agréés. D’un autre côté, il faut également connaitre le produit pour éviter de se faire dupé. La reconnaissance de ces produits peut également se faire à travers des vérifications méticuleuses. Pour ce faire, il faut donc comparer sur plusieurs vendeurs pour bien voir les défauts des produitsmais également ses qualités et les vérifier avant de les acheter. Les copies se reconnaissent également à leur prix. Ces produits reviennent toujours moins chers que les marques originales. Donc, il faut éviter d’être attiré par des produits à prix réduits parce que derrière cette réduction, il y a toujours quelque chose qui ne va pas, plus particulièrement au niveau de la qualité. Il faut aussi éviter d’avoir peur des grands magasins parce que les prix des produits qui s’y vendent ne sont pas toujours exhorbitants. Au contraire, ils peuvent vous surprendre.
Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord
  • Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité
  • Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence
  • Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg
  • Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux
  • Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens
  • Peste à Antananarivo - Vingt morts en un mois
  • Victime d'un Avc - Albert Zafy dans un état comateux
  • Epidémie de peste - Où sont-elles, que font-elles ?
  • Ambohitrarahaba - Une fillette retrouvée avec les yeux de son frère assassiné

La Une

Editorial

  • Orpheline
    Zafy Albert, celui qui fut pris pour le « chantre » de la démocratie, disparait à l’âge de 90 ans. La démocratie perd l’un de ses plus grands défenseurs, sinon son père. Avec lui disparait, aussi, la vertu de l’humilité et de la probité. Propulsé au sommet de l’Etat des suites des contestations populaires au début des années 90 mettant fin au long règne de l’Amiral rouge Didier Ratsiraka, le Professeur Zafy Albert inaugura un nouveau style de gouvernance. Président de la Haute Autorité de l’Etat, HAE, il assuma la fonction de Chef de l’Etat, en tandem avec un certain Guy Willy Razanamasy à la Primature, et ce, grâce à la « Convention de Panorama » en 1991.  Mais, le « couple » ne devrait pas durer assez longtemps ! L’élection présidentielle de 1993, tout juste après un Référendum constitutionnel, devra le confirmer au poste de premier Président de la Troisième République. 

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff