Publié dans Dossier

Ny Domohina Andrianavalona alias Doumie - Une excellente chanteuse malgache vivant aux States

Publié le vendredi, 09 juin 2017

Passionnée de la musique depuis son plus jeune âge, Ny Domohina Andrianavalona, alias Doumie, est connue surtout par les internautes sur les réseaux sociaux avec ses covers ou interprétations des grands tubes malgaches.

Née à Madagascar mais vivant actuellement aux Etats-Unis, elle a depuis quelque temps partagé sur internet ses œuvres qui, apparemment, plaisent beaucoup. Ne voulant en aucun cas devenir une célébrité, elle fait de la musique pour son propre plaisir mais surtout celui de représenter son pays d’origine là où elle vit actuellement. Dernièrement, la façon dont elle a repris la chanson « Tsy ferana » d’Eric Manana a étonné plus d’un.  A en croire les commentaires, c’est l’une des meilleures covers de ce morceau de tous les temps. D’ailleurs, ce titre a été repris par bon nombre d’artistes ces derniers temps. Ouverte à tous et sociable, souriante et dotée d’une beauté inouïe, Doumie a accepté de partager avec nous son petit parcours de combattante. Interview ! 

Propos recueillis par Tahiana Andrianiaina 

 

La Vérité : Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs ?

Doumie : Mon vrai nom est donc Andrianavalona Ny Domohina, mais les gens qui me côtoient m'appellent Doumie ou aussi Dou ou Radoum. Je suis née à Antananarivo. J'ai grandi à Antsahabe et j’ai quitté le pays à l'âge de 18 ans pour faire mes études aux Etats-Unis. Je travaille et en même temps j’étudie, pour devenir un « physician associate »,   donc la médecine. Mais je fais aussi de la musique qui est l’essence pour moi d’être zen et d’avoir la joie de vivre. La musique malgache m'a suivie jusqu'ici aux Etats-Unis. Comme vous voyez d’ailleurs, j’ai partagé sur ma chaîne Youtube mais aussi sur facebook des vidéos covers de mes quelques chansons préférées.  

La Vérité : Comment êtes-vous tombée amoureuse de la musique ?

Doumie : Moi et la musique c’est une histoire qui date de bien longtemps. Tout d’abord, j’ai grandi dans une famille aimant cet art et au fil du temps, j’ai toujours en moi cette flamme qui m’accompagne chaque jour. La musique fait partie entièrement de ma vie. Il fut un temps, quand j’étais encore à Antananarivo, où tous les weekends, on faisait de la « jam session » avec ma famille et des amis. Ces souvenirs m'ont apprise à encore donner un peu plus d'importance à la musique mais surtout à la musique malagasy. Ça fait longtemps que je joue à la guitare mais je suis encore en train d'apprendre beaucoup de choses qui vont me permettre d'être un peu plus « confortable » au niveau de la performance publique. Sinon, je suis toujours en route pour de nouvelles aventures. De plus, et je me suis mise à apprendre le Cajón qui est une forme de percussion péruvienne. Le fait de côtoyer beaucoup d'amis artistes malagasy m'a aidée à apprécier encore plus les chansons venant de mon pays natal. C’est pour cette raison que je compose des chansons originales et je fais des reprises ou des covers. Ça me fait toujours plaisir de partager tout ce que j'ai et je suis fière d'être malagasy. 

La Vérité : L'idée de devenir chanteuse vous est déjà passée à l'esprit?

Doumie : Pour moi, ce n’est pas vraiment l'idée d'être chanteuse. En réalité, c'est la musique qui m'a choisie. Donc oui je chante, mais on va dire que c'est beaucoup plus une vraie passion que la popularité qui m'a attirée à faire de la musique. Je chante pour mon propre plaisir mais surtout pour partager aux gens cet amour que j’ai en moi pour cet art.  

La Vérité : Pourquoi la guitare ?

Doumie : C'est en fait un instrument qui parle, qui touche notre âme. J'aime tous les instruments mais la guitare acoustique m'a toujours donnée un sentiment pas comme les autres. Une sensation vraiment inexplicable. Quand je suis triste ou quand je suis contente, bref peu importe mon humeur, j’adore particulièrement jouer de la guitare.  

La Vérité : Ecrivez-vous des chansons? 

Doumie : J’ai toujours aimé écrire des chansons. J’ai même un cahier de chants. J'écris surtout ce qui me touche mais la plupart du temps, j’ai tendance à me laisser guider par mes sentiments et il m’arrive de n’écrire que des chansons sur le thème de l’amour. Toutefois, je n'ai pas encore sorti les originales c'est-à-dire, je ne les ai pas encore enregistrées en studio. Mais je pense m’y mettre l'année prochaine. Les covers j'en fais mais je compose en même temps. 

La Vérité : Aviez-vous côtoyé des artistes malgaches quand vous étiez encore à Madagascar ?

Doumie : Effectivement, j’ai toujours été entourée de chanteurs. Etant donné que je suis très ouverte, les gens ne se sont pas gênés de parler de projets musicaux avec moi, et même proposer une collaboration. J'ai côtoyé des artistes comme Bambs une amie à la famille, Martiora Freedom avec qui j'ai chanté pour quelques années, Sayda un des mes meilleurs amis au lycée, Yves Rakotomalala (Rakoto) qui me pousse encore à écrire et à continuer cette passion. Et même jusqu’à maintenant, nous continuons mes amis artistes malgaches et moi de nous communiquer à travers les réseaux sociaux. 

 

La Vérité : Aviez-vous déjà participé à un quelconque événement ?

Doumie : Oui, il m’arrive parfois d’être sollicitée dans plusieurs événements mais jamais de concerts. J’ai par exemple participé aux journées de talents à l'école, à l’église. J’ai pas mal de fois aussi chanté avec mon père lors de mariages. Parmi mes projets, un saut à Madagascar. J’aimerai organiser un événement là-bas avec mes amis artistes qui partagent certainement mon avis. Ce sera pour très bientôt. 

 

La Vérité : Vos objectifs en faisant de la musique ?

Doumie : Je veux tout simplement partager ma passion et la raison pour laquelle je suis Doumie. Je veux aussi faire connaître la musique malagasy en étant loin du pays. C'est une façon pour moi de toujours être reliée aux origines. Je chante surtout car je veux partager cette joie de vivre en moi. Car la musique est parfois un remède et une échappatoire à la dureté de la vie quotidienne. 

 

La Vérité : Un message pour conclure ?

Doumie : Je m’adresse ici à mes amis chanteurs et ceux qui font du cover comme moi : continuez à partager du love et à avoir la musique comme passion! Comme on dit, c'est une façon de vivre pour avoir une longue vie !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple
  • Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français
  • Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

La Une

Editorial

  • Et ça continue !
    La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

A bout portant

AutoDiff