Publié dans Dossier

Travail - Un syndicalisme encore rebutant

Publié le vendredi, 28 avril 2017

Travail
Un syndicalisme encore rebutant
Le syndicalisme reste un concept encore abstrait pour bon nombre de travailleurs. La revendication des droits par ces derniers est souvent vue comme un risque de révolte du côté des employeurs. Malgré une forte mobilisation et sensibilisation de la part des syndicats de travailleurs, les employés, qu’il s’agisse d’employés d’entreprises publiques ou privées, sont peu nombreux à oser intégrer les syndicats. Gros plan sur un syndicalisme encore rebutant à Madagascar !
Défense des droits des travailleurs Le syndicat et ses valeurs Le syndicat a toujours été mal compris dans la Grande île. La plupart des gens pensent que le syndicat n’est qu’un instrument pour faire la grève. Et pour cause, à chaque fois qu’il y a une manifestion en ville, c’est  toujours le même refrain : « Le syndicat de (…) fait la grève pour réclamer telle ou telle chose auprès de l’Etat ». Ainsi, les gens finissent par croire que s’ils intègrent un syndicat, c’est pour faire la grève. Mais de peur de se faire prendre le peu qu’ils ont ou par crainte d’être licenciés, ils préfèrent rester sur la touche. Il faut donc préciser que le syndicat est un groupement de personnes physiques ou morales qui vivent pour défendre les droits et les intérêts communs des travailleurs. Et le but du mouvement syndical est le progrès économique et social de ses membres. A Madagascar, la mise en place de ce genre de regroupement est légalement reconnue depuis  80 ans. Et depuis, le groupement de tous les syndicats, la Conférence des travailleurs malagasy-Solidarité syndicale de Madagascar (Ctm-Ssm), est fier de tous les actions accomplies pour défendre les travailleurs  et les employeurs comme la Convention de 1987 qui prône la liberté syndicale ainsi que la Convention de 1998 pour la liberté de l’association syndicale, et encore bien d’autres dans la Constitution malagasy. Chaque travailleur a donc le droit de défendre ses intérêts par l’action syndicale et plus particulièrement la liberté de fonder un syndicat.
Et les grèves ?
Il est cité dans l’article 33 de la Constitution que  « le droit de grève est reconnu sans qu’il ne puisse être porté préjudice à la continuité du service public ni aux intérêts fondamentaux de la Nation. Les autres conditions d’exercice de ce droit sont fixées par la loi ». Si c’est un droit, pourquoi y-a-t-il encore ceux qui se font virer ou ceux qui se font emprisonner pour avoir revendiqué ce qui leur est dû ? Depuis ces 4 dernières années, les mouvements de grève se multiplient de plus en plus parce qu’ils ressentent que les droits des travailleurs ne sont pas respectés et que les conditions de travail se dégradent de plus en plus. Même si ces grèves sont justifiées, est-ce-que les travailleurs font bien leur travail ? D’un autre côté, est-ce que les employeurs respectent les clauses qu’ils ont posées au départ ? Et est-ce que les grèves sont-elles vraiment nécessaires ? Etant donné qu’au final, ce sont les générations futures qui vont bénéficier autant leurs avantages que leurs inconvénients. En tout cas, les syndicats défendent que la grève constitue le seul moyen fonctionnel de s’adresser à l’Etat qui fait la sourde oreille.
 Rova R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • André Rasolo - La dérive dictatoriale du régime dénoncée
  • Groupe des Experts Nationaux - Madagascar sur « une poudrière »
  • Marc Ravalomanana à Mandritsara - Visite sous haute surveillance policière
  • Presse internationale - La piètre image du régime Rajaonarimampianina
  • Palais de Mahazoarivo - Qu'est-ce qu'il s'y passait ?
  • Colonel Coutiti Assolant - Devenu un farouche partisan du Hvm
  • Ravalomanana et Rajaonarimampianina - « La peste et le choléra », lit-on sur Médiapart
  • Audition de Fetra Rakotondrasoa - La grosse artillerie pour une parodie
  • Convocation d’un leader du Mle - Soyons sérieux !
  • Démission de Gervais Rakotoarimanana - Premier gros clash au sein du régime

La Une

Editorial

  • Hors d’état…
      Les échéances électorales de 2018 approchent à grands pas. A cet effet, les caciques du pouvoir actionnent leur plan machiavélique voulant « abattre » tout ce qui bouge en face, et cela, sous le regard bienveillant du grand Chef. Trois cibles principales se trouvent dans la ligne de mire du régime.  

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff