Publié dans Culture

Littérature malagasy - Un prix en l'honneur de Bakoly Domenichini Ramiaramanana

Publié le lundi, 01 juillet 2019

Donner à la langue malagasy la place qu'elle mérite. Tel était le leitmotiv de la première femme malagasy Docteur d'Etat en Lettres, Bakoly Domenichini-Ramiaramanana. Effectivement, au fil des années, elle s'est toujours attelée à valoriser la langue malagasy à travers ses différentes actions. « Elle resta toute sa vie le défenseur de la littérature orale dont les racines s'enfoncent dans un passé plurimillénaire. C'est la première idée qu'elle défendit dans son article sur la littérature malgache pour l' « Encyclopaedia Universalis», dans des articles comme « Princesses du Ciel et princes de la Terre » pour l'exposition de Neuchâtel en Suisse et dans la traduction des « Ohabolan'ny Ntaolo » qu'imprima l'Académie.

Et avec les écrivains, elle retenait surtout ceux dont l'oeuvre restait enracinée dans la tradition comme Rabearivelo ou Fredy Rajaofera. Elle n'a pas non plus hésité à se faire mettre en congé sans solde trois ans durant par le C.N.R.S. où elle avait le plus haut rang de directeur de recherche pour diriger l'Office national des langues de Madagascar de l'Académie Malgache », témoigne un membre de son entourage. Face à tout son investissement pour la langue et la littérature malagasy, un prix porte désormais son nom, le Prix Bakoly Domenichini Ramiaramanana. Cette récompense sera annuellement attribuée à une production ou un exercice en langue malagasy remarquable. Ce sera une marque de reconnaissance envers le savoir-faire des talentueux écrivains contemporains mais aussi et surtout envers cette « défenseur » de la littérature malagasy.

 Qui était-elle ?

Traditionnellement descendante directe des plus grands rois de Madagascar avec une ascendance princière remontant au 12ème siècle, cette « Zanakandriana » aura été la Première femme malagasy Docteur d'Etat en Lettres, un doctorat soutenu et obtenu à Paris à la prestigieuse université de Sorbonne dont la maxime initiale au 13ème siècle était : « Vivre en bonne société, collégialement, moralement et studieusement ». Un quotidien de la place l'avait baptisée, faisant probablement référence à son statut d'académicienne, « Immortelle gardienne de la langue et de la littérature malgache ». Du « ohabolana » au « hainteny », Langue, littérature et politique, la thèse de doctorat que Bakoly Domenichini Ramiaramanana acheva, parce que son Maître René Etiemble l'exigea d'elle, alors qu'elle ne se sentait pas encore prête à conclure, étudie la langue, la littérature, l'histoire pour comprendre l'ensemble de la civilisation.

Décédée, il y a quelques années déjà, Bakoly Domenichini Ramiaramanana a travaillé sur la littérature comparée. Elle avait mis la culture malgache sur le divan du psychanalyste pour lui faire dire ce que les mots révèlent des anciennes conceptions et que beaucoup aujourd'hui ne peuvent expliciter. Gardienne de la langue nationale, défenseur de la littérature et de la culture des Anciens, c'étaient les « adidy » dont elle avait hérité de ses ancêtres et qu'elle assumait dans le pays et à l'étranger. Puissent les étudiants qui ont reçu son enseignement et ne l'ont pas oublié, puissent-ils ne pas oublier son modèle, diffuser ses idées auprès de leurs auditoires et, comme elle le voulait, les enrichir de nouvelles recherches.

Recueillis par Rova Randria

Fil infos

  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA
  • « Manina anao ‘nge aho » - Un titre de Dadah Rabel à ressusciter
  • Secteur de l’artisanat - Une carte professionnelle numérique pour les artisans
  • Débat sur les communales à Tana - Naina Andriantsitohaina gagne des points

Editorial

  • Maudits délestages !
    Les coupures d’eau et d’électricité reviennent au galop. Supposées être disparues dans les travées de la vie quotidienne des Malagasy, elles réapparaissent. Tel un oiseau de mauvais augure, les coupures intempestives ne présagent, en rien, un avenir meilleur et elles continuent de sévir durement. Décidément, les délestages s’acharnent sur nous, aveuglément et sans distinction, et créent des vagues de révolte. A l’allure où vont les choses, le risque d’explosion sociale est à craindre. Les souvenirs douloureux des périodes sombres du régime HVM hantent les esprits. Les pauvres usagers n’en peuvent plus. On aurait l’impression que le courroux des dieux s’abat sur le pays.

A bout portant

AutoDiff