Publié dans Culture

Nosy Be - Dernière ligne droite pour le festival Donia

Publié le mardi, 25 septembre 2018

L’événement musico-culturel majeur se tenant chaque année à Nosy Be Hell-Ville démarrera en trombe ce mercredi 26 septembre. Le comité du festival l’a annoncé officiellement durant une conférence de presse. Ceci suite à beaucoup de doutes comme quoi la manifestation n’aura pas lieu après son report de presque de  quatre mois. A rappeler que bon nombre de personnes intéressées par ce festival, notamment les Nosybéens ont demandé à l’organisateur de surseoir l’événement à la date habituelle, c’est-à-dire pendant la semaine de la Pentecôte,  afin d’éviter un Donia en plein Ramadan. Le cofestin ne pouvait donc qu’adhérer à leur sollicitation. Les préparatifs vont évidemment bon train et sont déjà presque finis. Cette année, le comité envisage d’organiser une grande fête puisque le plus ancien festival de la Grande île célèbre cette année ses vingt-cinq ans d’existence. La commémoration sera placée sous le thème

 

« Ensemble pour la paix dans le monde ». Vingt- cinq ans que le festival prône la joie de vivre, le respect et le fihavanana à travers ses activités. Une fête familiale conviviale mais qui a ses objectifs dont la promotion des talents à Madagascar. En effet, le  festival a déjà commencé par les présélections des candidats au concours miss et mister Donia 2018. La phase éliminatoire a été effectuée au Beach Bar Ambatoloaka. 8 candidats sur 30 ont été éliminés. Quant aux autres candidats, ils ont participé à la grande finale dans la soirée du samedi dernier au gymnase. A part les candidats qui viennent de Nosy Be, Antsiranana, Ambilobe, Mahajanga et Toliary ont leurs représentants.  Ainsi, avec la présence de l'artiste Rycia et El Melo, la soirée était réussie. Les membres du jury ont essayé de sélectionner les meilleurs malgré un choix difficile. Ainsi, après une longue délibération, la jeune fille âgée de 18 ans, originaire même de Nosy Be, Jechna Hassan était sacrée miss Donia 2018. Suivie de Winna et d’Anaïs 1ère et 2ème dauphine. Pour ce qui est du mister, c’est Robert, un jeune Tuléarois âgé de 25 ans qui a remporté le trophée suivi de Stephan (Mahajanga) et d’Isidore (Nosy Be) respectivement 1er et 2ème dauphin. Par ailleurs, un grand carnaval à travers les rues de Nosy Be ouvrira les festivités, tandis que le bal d’ouverture se tiendra  à La Banane Djamandzar, animé par la princesse du salegy Ninie Donia et Dj Mourchid. Pour les trois premiers spectacles nocturnes au stade d’Ambodivoanio, on trouve entre autres Black Nadia, Tence Mena et Sisca. Pour les autres jours, on appréciera notamment Dalvis, Viavy Chila et Wendy Cathalina, sans oublier le groupe réunionnais Manyan qui viendra parfaire l’ambiance. Les jeunes talents seront aussi sous le feu des projecteurs comme Minah Bolimakoa, Legendary, H-vy, Myn’S, Naej, Antoinette, A’Kalo, Miaro Vany et bien d’autres encore. Il importe de rappeler qu’outre son aspect culturel, le festival contribue également au rayonnement du tourisme au niveau national, régional et international.

 

T.A. 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff