Publié dans Culture

« Glita be » - Une 8ème édition s’annonçant toujours plus promettante

Publié le jeudi, 02 août 2018

Les amoureux de six cordes et de la musique à la sauce « Gasigasy » seront de nouveau ravis. Le concept « Glita be » est de retour avec sa 8ème édition qui promet toujours d’être exceptionnelle et ennivrante avec la même formule mais certainement avec d’autres chansons dans le répertoire. La guitare sera ainsi à l’honneur et le Palais des sports sera, le temps d’un après-midi le « Tamboho » sur lequel inconditionnels et artistes joueront les incontournables morceaux joués depuis toujours avec cet instrument.

L’idée est tout simplement de réunir sur une même scène des artistes issus de différentes générations mais réunis par la même passion pour la six cordes. Des vieux briscards comme Tselonina, Benny et Bebey ou encore Njila se joignant avec les jeunes Kiady, Fara Gloum, Lilie ou encore Jovin et Nini, l’ambiance ne peut qu’être mixte.
Folk
Armés de leurs guitares, ils interprèteront les chansons  qui, malgré le temps, restent toujours dans le cœur de tous. « En fait le concept est de jouer ensemble tous les morceaux qui ont été créés et chantés à la guitare. Chose qu’on ne peut pas faire pendant seulement un spectacle d’où la continuité du projet. On a voulu mettre sur pied cette idée car nous savons bien que les malgaches aiment tout ce qui est folk et que malgré ça, on n’a pas souvent l’occasion de voir des spectacles de ce genre. On a donc voulu, d’un coup, réunir tous les pratiquants sur une même scène et de faire vivre un moment fou mais surtout nostalgique au public. Les retrouvailles vont remuer beaucoup de souvenirs et l'idée de faire partager tous les moments de bonheur s’imposera d'elle- même », explique Rija Ramanantoanina, artiste participant mais également tête pensante du projet.
60 chansons
A part les propres chansons de chaque artiste, les morceaux du temps de Rasamy Gitara, Tanisa, Bouboul, Rambao ou encore de Razilinah seront interprétés de façon plus vivante. Pour cette 8ème édition, de nouvelles chansons viendront s’ajouter à la liste, cependant, il y a des titres incontournables dont la formation est obligée de chanter à chaque prestation. Au total, 60 chansons seront fredonnées pour l’occasion. Pas de chance que l’assistance reste, ne serait-ce qu’une seule fois, muette puisque tous ces titres sont connus par cœur de tous. Il y aura même un moment où l’on se souviendra l’existence d’un ou deux morceaux au moment où le groupe le chantera. Les répétitions s’enchaînent déjà et apparemment, tout le monde est déjà prêt pour le grand jour. Gasy Events, organisateur du show de son côté, promet un moment exceptionnel à tous. Rendez-vous donc ce dimanche 5 août à partir de 15 heures dans « Glita be » avec la participation de Njila, Benny, Bebey, Luc, Mahery, Rija Ramanantoanina, Lilie, Nini Kolibera, Samoela, Gothlieb, Fara Gloum, Tselonina, Davis, Jovin et Kiady.
Tahiana Andrianiaina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff